La RDC adhère à l’initiative des nouvelles routes de la soie

La RDC adhère à l’initiative des nouvelles routes de la soie

La République Démocratique du Congo (RDC) est devenu le 45ème pays africain à adhérer à l’initiative des nouvelles routes de la soie, en signant un accord de coopération avec la Chine, lors de la visite officielle du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à Kinshasa.

La signature de ce mémorandum pourrait d’ailleurs servir de catalyseur à de nouveaux investissements chinois en RDC, dont les importantes réserves minières devraient occuper une place importante dans le projet de la route de la soie.

Selon Wang Yi, cet accord permettra «de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine économique, d’apporter une dynamique plus forte à la coopération mutuellement bénéfique et d’ouvrir de nouvelles perspectives aux relations entre la Chine et la RDC».

Il intervient alors que le gouvernement de Félix Tshisekedi essaye de renforcer sa collaboration avec ses partenaires internationaux, afin d’obtenir l’aide nécessaire pour redresser l’économie du pays.

Avec cette adhésion à l’initiative de la route de la soie, la RDC a obtenu l’effacement de 28 millions $ de sa dette envers la Chine, en plus d’un appui de 2 millions de dollars au mandat de M. Tshisekedi à la présidence de l’Union africaine.

Premier partenaire commercial de l’Afrique, la Chine a également fait de son initiative des nouvelles routes de la soie, l’une des pierres angulaires de sa coopération avec le continent noir. Estimée à plusieurs milliers de milliards de dollars, la nouvelle route de la soie vise à relier la Chine à l’Europe en passant par l’Afrique.

Le projet est présenté comme une nouvelle source d’investissements pour le continent africain. Entre 2000 et 2015, la Chine a accordé près de 95 milliards $ de prêts aux pays africains.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.