Quatre juges ghanéens suspendus pour flagrant délit de corruption

Quatre juges ghanéens suspendus pour flagrant délit de corruption

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo a décidé ce mercredi de suspendre quatre juges du pays accusés de corruption, sur la base de conclusion d’un comité de discipline sur le sujet. Ils avaient été filmés sur le fait en 2015 par un journaliste local, alors qu’il leur proposait de faux pots-de-vin pour influencer des affaires en cours.

Leur suspension fait suite à l’établissement d’une preuve irréfutable contre eux, par le comité mis en place pour enquêter sur les présumés actes de corruption, a déclaré le porte-parole de la présidence, Eugene Arhin.

Vingt juges et magistrats de première instance ont déjà été limogés dans cette affaire qui a choqué la nation ouest-africaine, réputée être un bastion démocratique et de bonne gouvernance dans la région.

Le journaliste Anas Aremeyaw avait filmé quelque 100 juges ou fonctionnaires acceptant des pots-de-vin. Habitué des actions coups de poing, le journaliste d’investigation se déguise pour dénoncer les violations des droits de l’homme ou la corruption. Ses enquêtes ont fait de lui une célébrité au Ghana, bien que personne n’ait jamais vu son vrai visa

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.