Le Foncier un autre frein au développement des industries et de l’agriculture en Afrique 

Le Foncier un autre frein au développement des industries et de l’agriculture en Afrique 

Le foncier est parmi les obstacles majeurs au développement des industries et de l’agriculture en Afrique, d’après des experts qui prennent part à la troisième édition de la conférence sur la politique foncière en Afrique, qui se tient du 25 au 29 novembre à Abidjan en Côte d’Ivoire.

« Remporter la lutte contre la corruption dans le secteur foncier : voie viable pour la transformation de l’Afrique », est le thème central de cette conférence, au cours de laquelle les experts ont relevé que les politiques foncières en Afrique sont gangrenées par la corruption et l’incapacité des Etats à identifier ce qu’ils possèdent et ce qui appartient aux privés.

Organisées par la Banque africaine de développement (BAD), ces assises ont pour objectif de partager et d’échanger les connaissances sur les enjeux liés aux droits fonciers en accordant une attention particulière à la lutte contre la corruption dans l’administration des droits fonciers et de partager les bonnes pratiques se rattachant à des investissements fonciers transparents, responsables et durables.

Le vice-président de la BAD, Charles Boamah, fait noter que la corruption en Afrique «est un véritable handicap» dans le domaine foncier.

« Pour gagner la lutte contre la corruption, nous devons nous assurer que la terre est distribuée de manière équitable et accessible à tous, plus particulièrement aux femmes, aux jeunes et aux autres groupes vulnérables», a indiqué de son côté, Josefa Sacko, Commissaire en charge de l’économie rurale et de l’agriculture de la Commission de l’Union africaine.

Elle a relevé le fait que les femmes continuent de contribuer de manière significative à la production agricole en Afrique, mais dans certaines circonstances, elles ne peuvent pas jouir de leurs droits à la terre. « C’est donc une réalité que les femmes et les hommes ne jouissent toujours pas des mêmes droits sur la terre», a assuré Mme Sacko.

Ces problèmes de mauvaise gestion ou d’incapacité à gérer le foncier prennent de l’ampleur presque dans tous les pays du continent, souligne-t-on, tout en précisant que ce sont des pays agricoles et non industriels.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *