Kenya : Les influenceurs doivent s’acquitter de la nouvelle taxe sur les services numériques

Kenya : Les influenceurs doivent s’acquitter de la nouvelle taxe sur les services numériques

Depuis le début de cette année 2021, le Kenya applique une nouvelle taxe. Il s’agit d’une taxe qui s’impose à toutes les entreprises utilisant des plateformes numériques pour leurs services et la vente de leurs produits. Ainsi, le Kenya rejoint la Tanzanie et l’Ouganda qui appliquent déjà une taxe sur les services numériques, en Afrique de l’Est. 

Cette taxe, été créée par la loi de finances 2020, est entrée en vigueur le 1er janvier 2021. Elle coutera 1,5% de la valeur brute des revenus provenant de tous les services offerts via des plateformes numériques. Les applications mobiles et la fourniture de contenu à la demande sont également concernées, a-t-on appris.

Selon les explications de l’Autorité en charge de la régulation du numérique dans le pays, on peut comprendre que les entreprises ne sont pas les seules concernées. L’Autorité des revenus a annoncé que tous les influenceurs doivent payer la nouvelle taxe sur le digital. «Les influenceurs seront tenus de payer la taxe sur les services numériques puisque leurs revenus proviennent de la fourniture de services par le biais du numérique ou en fournissant des services de publicité digitale au Kenya», peut-on lire dans la déclaration officielle de l’Autorité.

Il est à noter que le texte qui institue cette nouvelle taxe n’est pas assez explicite sur l’usage commercial des réseaux sociaux. Devant les incompréhensions et les ambiguïtés attribuées au texte, les autorités kényanes promettent, dans les prochains jours, des clarifications sur le texte, pour lever le doute sur les personnes concernées ou non par la taxe.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.