Lancement d’une alliance mondiale pour réduire l’empreinte carbone et eau

Lancement d’une alliance mondiale pour réduire l’empreinte carbone et eau

L’Alliance mondiale pour l’économie circulaire et l’efficacité des ressources (GACERE) qui vient d’être lancée a pour mission de stimuler la croissance de l’économie circulaire tout en améliorant l’efficacité de l’utilisation des ressources afin de réduire l’empreinte carbone et eau.

C’est en marge de la 5ème session virtuelle de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (ANUE) qui la GACERE a vu le jour. Elle est désormais appelée à revitaliser la gestion des déchets solides pour générer des revenus et réduire la pollution.

«La circularité est essentielle pour favoriser une utilisation efficace des ressources, affronter les crises planétaires de la pollution des déchets, de la perte de biodiversité et du changement climatique», a indiqué Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), estimant que le lancement de cette alliance est «opportun et bienvenu».

Mme Andersen a exhorté les gouvernements à intégrer la circularité dans leurs stratégies de réponse climatique. Selon la patronne du PNUE, «le recyclage des déchets électroniques, en particulier, pourrait s’accompagner de multiples avantages, notamment des emplois verts pour les jeunes urbains».

Le lancement de la GACERE garantirait que les technologies propres et les innovations soient exploitées pour créer des emplois et améliorer la santé de la planète, a soutenu Li Yong, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

«Cette alliance aidera à atténuer le changement climatique, à ralentir la perte de biodiversité, à créer des emplois verts et à améliorer le bien-être de notre société», a-t-il fait noter. Pour lui, l’économie circulaire gagne du terrain au niveau mondial, les gouvernements, les investisseurs et les communautés locales notant ses énormes avantages économiques, sanitaires et écologiques.

Pour l’instant, plus d’une douzaine de pays soutiennent cette initiative dont le principal objectif est d’accélérer la transition vers une économie circulaire, tout en offrant une solution durable à la crise de la pollution et du chômage dans les villes à croissance rapide.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *