L’industrie financière africaine poursuit sa transformation

L’industrie financière africaine poursuit sa transformation

Le sommet de l’industrie financière africaine, dans le cadre de l’Africa Ceo Forum, s’est achevé ce jeudi, par l’organisation au deuxième et dernier jour des travaux, d’un panel sur le système financier mondial.

Le panel a été animé par Bertrand Badré, ex-directeur général de la Banque mondiale et actuel directeur général de ‘Blue Like an orange sustainable capital’, et Paul Hary Aithnard, le directeur général d’Ecobank Côte d’Ivoire.

Les panélistes ont essayé de répondre à certaines questions, notamment quelle économie voulons-nous construire ? Faut-il renforcer ou repenser le système financier mondial ?

L’Afrique doit continuer à préserver un système financier intégré, a estimé Bertrand Badré, estimant que l’approche de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) s’annonce comme un mécanisme promoteur et important, du fait qu’elle permettra la création de 300.000 emplois directs et plus de 2 millions d’emplois indirects. L’ancien conseiller de Jacques Chirac souligne qu’il faut une communauté de régulateurs africains pour la réussite de la ZLECA.

«En plus des infrastructures physiques et sociales mises en avant pour concevoir un développement, il faut ajouter l’infrastructure financière qui joue un rôle primordial non seulement dans l’architecture financière, mais aussi au niveau du développement économique», a indiqué Badré, ajoutant qu’une bonne fluidité des flux financiers peut permettre de lever des fonds.

«Pendant ces 10 dernières années, le système bancaire n’a été aussi préoccupé par l’inclusion financière, grâce à la digitalisation», a déclaré, pour sa part, le directeur général d’Ecobank Côte d’Ivoire, Paul Harry Aithnard. Qui constitue aussi, a-t-il soutenu, une riposte face à la pandémie de Covid-19 et les urgences sociales et climatiques.

Selon une étude menée conjointement par le cabinet Deloitte et l’Africa CEO Forum, près de 70 % des institutions financières du continent confirment que le lancement ou l’accélération de la digitalisation de leur activité sont devenus la priorité stratégique depuis l’avènement de la Covid-19.

Pour rappel, les thématiques de la convergence, la digitalisation, l’intégration, des révolutions technologiques ont été au cœur des débats de ce sommet virtuel qui a réuni 500 des plus importants leaders de l’industrie et de la finance.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.