Niger : Fin de la 2ème édition de la Semaine du paysan

Niger : Fin de la 2ème édition de la Semaine du paysan

Le chef de l’Etat Bazoum Mohamed a présidé ce jeudi dans la commune rurale de Margou Béné, la cérémonie de clôture de la deuxième édition de la ‘Semaine du Paysan’.

«Nous devons assurer la disponibilité des vivres partout où le besoin se fait sentir afin de combler le déficit de la campagne agricole», a déclaré le président nigérien, rappelant que le secteur agricole nécessite des moyens financiers pour le rendre moderne et compétitif.

«Fort heureusement, nous disposons du Fonds de garantie et du Fonds de bonification des intérêts sur le crédit qui donnent la possibilité aux éleveurs et agriculteurs des soutiens pour les rendre plus performants», s’est-il réjouit.

Selon Bazoum Mohamed qui s’est appuyé sur une étude, «il ressort que nous disposons de deux millions d’hectares de terre cultivables et de 600 milliards de m³ d’eau souterraine entre 5 à 40 mètres de profondeur».

Fort de ces statistiques, l’Etat nigérien a réitéré sa disposition à  accompagner les agriculteurs et les éleveurs afin qu’ils aient accès aux crédits et aux investissements, ce qui leur permettra de mettre en valeur ces potentialités et par ricochet, de contribuer à l’autosuffisance alimentaire.

Le Niger a été confronté cette année à la sécheresse qui va exposer 8 millions de Nigériens à une situation d’insécurité alimentaire. Selon les données, «2,5 millions d’entre eux sont en situation de besoin urgent» en aides alimentaires.

Toutefois, le gouvernement se veut rassurant en réitérant son engagement d’élaborer un Plan d’urgence qui devrait permettre, selon les autorités, «de venir en aide aux populations dans le besoin, par le biais de la culture de contre saison».

«Un budget a déjà été dégagé et d’autres fonds sont à chercher auprès des partenaires comme la Banque mondiale qui nous permettra de mettre à disposition des engrais pour la culture de contre saison, la fourniture des semences, la vente à prix modérés et la distribution gratuite des intrants», a rassuré Bazoum Mohamed.

«Nous disposons, à la date d’aujourd’hui, d’un stock d’engrais de 70.000 tonnes et nous envisageons la création d’une usine de production d’engrais chimiques avec l’utilisation du phosphate dans la région de Tahoua», a également annoncé le chef de l’Etat nigérien.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.