L’OMS s’inquiète de la dégradation croissante des systèmes de santé en Afrique

L’OMS s’inquiète de la dégradation croissante des systèmes de santé en Afrique

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a tiré ce jeudi 4 août dans un communiqué, la sonnette d’alarme sur la fragilité du système de santé dans le continent africain.

Selon Lindiwe Makubalo, assistante de la Directrice de l’OMS en Afrique, «les services de santé du continent ont été plus affectés que ceux des autres régions du monde» durant la pandémie du coronavirus.

Alors que «les Etats africains essayent en ce moment de reconstruire le système de santé, il importe de ne pas le recréer tel qu’il était avant la pandémie, mais de l’améliorer», a-t-elle insisté.

D’après les données, «seuls 7 pays en Afrique financent plus de 50% du budget alloué à la santé». Pour Moses Keetile, le ministre de la Santé du Botswana qui fait partie de ces pays, «le problème ne doit pas mobiliser que les pouvoirs publics».

«Nous finançons notre système à hauteur de 57%, mais nous voulons que le secteur privé y participe aussi. Nous avons besoin de financement car il y aussi des coûts indirects: par exemple, au Botswana, la population est très éparpillée et elle n’a pas toujours les moyens de payer les frais de transport pour aller se faire soigner» ailleurs, a fait savoir le ministre.

Toutefois selon l’OMS, «la moyenne de l’espérance de vie en Afrique a progressé de 10 ans entre 2000 et 2019, passant de 46 à 56 ans».

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.