L’UE et la présidence espagnole demandent des clarifications à Israël concernant son projet d’expulsion de Palestiniens

Le Haut représentant de la Politique étrangère de l’Union Européenne (UE), Catherine Ashton et la présidence espagnole de l’UE ont demandé des « clarifications à Israël concernant son projet d’expulsion de milliers de palestiniens vivants en Cisjordanie occupée, a annoncé mardi le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos.

La Ligue arabe avait dénoncé lundi cette décision israélienne et appelé la communauté internationale à adopter « une position claire » concernant les tentatives israéliennes de judaïser les territoires palestiniens occupés.

S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, à l’issue de leurs entretiens en marge de la réunion, lundi et mardi à Madrid, du Comité de liaison ad hoc chargé de la coordination de l’aide des principaux pays donateurs à l’Autorité Nationale Palestinienne (ANP), le chef de la diplomatie espagnole a souligné la nécessité pour la communauté internationale de soutenir le plan Fayyad pour la création dans un délai de deux ans, de l’Etat Palestinien.

« La communauté internationale se doit de soutenir politiquement, diplomatiquement et financièrement le plan Palestinien et l’Espagne est en train de le faire », a affirmé M. Moratinos qui a, par ailleurs, annoncé l’engagement de son pays d’accorder, en 2010, une aide de 30 millions d’euros à l’Autorité Nationale Palestinienne.

Pour sa part, M. Fayyad a indiqué que son plan s’approche de sa « dernière phase » et mis en exergue les progrès réalisés par son gouvernement durant ces dernières années qui ont permis de réduire considérablement la dépendance de l’ANP des pays donateurs.

« Afin que cette politique soit poursuivie, il est nécessaire qu’Israël mette fin à l’embargo qu’il impose à la bande de Ghaza et que l’on parvienne à une réunification des territoires palestiniens », a souligné M. Fayyad.

La réunion du Comité de liaison ad hoc chargé de la coordination de l’aide des principaux pays donateurs à l’Autorité Nationale Palestinienne (ANP) s’est ouverte lundi en présence d’une vingtaine de délégations.

La rencontre de deux jours est axée sur des questions comme « la construction institutionnelle du futur Etat palestinien et l’appui financier pour cet effort, dans le cadre de la recherche d’une solution globale, juste et durable au conflit du Proche-Orient », avait annoncé le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué.(MAP)

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.