Algérie : les entreprises de production attendent encore plus du gouvernement

Algérie : les entreprises de production attendent encore plus du gouvernement

Les entreprises algériennes de production ne sont pas satisfaites de l’allègement opéré récemment en leur faveur. Les procédures de dédouanement restent encore lentes, quant aux opérations d’importation pour les besoins de leur production. Selon Abdelwahab Ziani, représentant de la CIPA (Confédération des industriels et producteurs algériens), il faut poursuivre l’allègement pour réduire les coûts de production d’au moins 10%. Par ailleurs, les règles prudentielles appliquées par les banques algériennes sont dénoncées. Ces dernières refusent, en effet, de prendre en hypothèque le foncier industriel concédé pour faciliter l’investissement. Il faut alléger au maximum toute la procédure de dédouanement, recommande le représentant du patronat. Le retour du couloir vert est un progrès pour les entreprises de production, mais cette mesure est insuffisante. Encore faut-il simplifier les procédures pour permettre aux containers de matières premières d’arriver directement à l’entreprise sans passer par les entrepôts et les ports secs. Le représentant du patronat explique que beaucoup d’entreprises installées en Algérie recourent aux services des ports secs pour leurs intrants importés. Et ce en raison de la lenteur des procédures de dédouanement. Ce recours engendre des coûts supplémentaires pour les produits fabriqués en Algérie.
Des mesures ont été prises mais ce n’est pas encore suffisant. En effet, l’Administration des douanes a ouvert un couloir vert pour les  secteurs de l’investissement, production, transformation, travaux publics, facilitant ainsi leur dédouanement. Les douanes ont également commencé à accorder un statut d’opérateur économique agréé (OEA) à une vingtaine d’entreprises exerçant des activités d’export ou d’import et travaillant dans le secteur de production de biens et services. L’effet de ces mesures est limité car la procédure ne permet pas aux matières premières d’aller directement vers l’entreprise. Il faudrait alléger toute la procédure pour réduire de 10 % les coûts de production en Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.