Retour à la normale après la fin du débrayage des aiguilleurs du ciel français

Le trafic aérien, fortement perturbé la veille, est revenu à la normale jeudi suite à la fin du débrayage des contrôleurs aériens français, le troisième de l’année en protestation contre un projet gouvernemental de fusion européenne du contrôle aérien.

Selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), ce mouvement de grève a été moyennement suivi, avec 30 PC de grévistes parmi les contrôleurs et 10 PC pour l’ensemble du personnel.

La mobilisation chez les contrôleurs restant la même que lors des précédentes grèves en janvier et février derniers.

Mercredi, les plateformes aéroportuaires parisiennes avaient enregistré l’annulation de 50 pc des vols à Orly et 20 pc à Roissy.

Certains aéroports, dont ceux de Metz-Nancy, Dinard, Bergerac, Brest, Pau, La Rochelle et Biarritz, sont restés fermés au moins pour la matinée, tandis que d’autres affichaient des taux d’annulation allant de 29 pc (Beauvais) à 9 pc (Nice). A Marseille, 22 pc des vols ont été supprimés contre 11 pc à Lyon.

Le secrétaire d’Etat aux Transports français, Dominique Bussereau, avait qualifié d' »inadaptée » et d' »inappropriée » cette grève des contrôleurs aériens.

« Je regrette cette grève, elle est, naturellement en période de vacances scolaires, tout à fait inadaptée et inappropriée », avait-il déclaré sur les ondes d’une radio locale.

Les grévistes se mobilisent contre un projet, annoncé en début d’année, visant la création d’un opérateur de contrôle aérien unique pour la France, l’Allemagne, la Suisse et les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg).

Ils craignent que ce projet, soutenu par le gouvernement français, entraine le démantèlement de la DGAC, qui regroupe les 4.400 aiguilleurs du ciel français, ce qui signifiera, selon eux, « la sortie de tout ou partie des services et de ses personnels du cadre de la Fonction publique d’Etat ».(MAP)

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.