Aggravation du déficit de la balance commerciale alimentaire en Tunisie

Aggravation du déficit de la balance commerciale alimentaire en Tunisie

Le déficit de la balance commerciale alimentaire de la Tunisie s’est aggravé de 87%, durant les sept premiers mois de 2017, pour se situer à 754,8 millions de dinars tunisiens (MDT), en comparaison avec la même période de l’année 2016 (402,4 MDT), révèle dans ses dernières statistiques, le ministère tunisien de l’Agriculture, précisant que ce déficit représente 8,7% du déficit global de la balance commerciale.

Ce déficit, souligne la même source, est accompagné d’une baisse du niveau de la couverture des importations par les exportations à 80,1%, contre 70,8% en 2016.

« La hausse de la valeur des importations alimentaires, d’une valeur de 2,6 milliards de dinars (28,1%), dont notamment les produits de base (77% de la valeur des importations contre 68%, à fin juillet 2016), contre une augmentation moins importante de la valeur des exportations (13,3%) » explique ce déficit, à en croire le ministère.

D’après le ministère, la hausse des importations alimentaires, est due à l’accélération du rythme des importations de la plupart des denrées alimentaires de base, dont les prix sont en hausse continue, face à la dépréciation du dinar contre les devises étrangères. Il s’agit notamment du sucre, des huiles alimentaires, des viandes rouges, du blé tendre, du maïs et du lait et ses dérivés.

En revanche, le ministère dit avoir remarqué une régression de la valeur des importations d’autres produits alimentaires, en l’occurrence les pomme de terre (-36%), l’orge (-6%) et le blé dur (-2%), et ce en raison de l’amélioration des niveaux de la production locale.

Les même données indiquent que les exportations des produits alimentaires ont atteint, à la fin de juillet 2017, environ 1,8 milliards de dinars (une évolution de 13,3%), grâce à la hausse des recettes des dattes de 14%, pour atteindre environ 361 MDT, au vue de l’accroissement des prix de 27% et de la diversification des marchés (plus de 70 destinations mondiales), mais aussi des produits de la mer (56%), de pâtes alimentaires (8%), et de légumes frais (19%).

S’agissant des recettes de l’exportation des fruits de la saison estivale, ils ont évolué de 25% pour atteindre 37,8 MDT. Ces exportations ont concerné notamment la pastèque, la pêche, l’abricot, le raisin…

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.