Le leader chinois du transport électrique BYD Auto Industry s’implante au Maroc

Le leader chinois du transport électrique BYD Auto Industry s’implante au Maroc

Après Renault et PSA Peugeot, le leader chinois du transport électrique BYD Auto Industry s’implante lui aussi au Maroc, où un accord a été conclu samedi à Casablanca, en présence du roi Mohammed VI, qui a reçu le président du groupe Chinois, Wang Chuanfu.

Ce projet qui vise à développer un écosystème de transport électrique au Maroc, sera installé sur 50 hectares, et devrait créer 2.500 emplois directs. A terme, le groupe chinois qui pèse 13 % de véhicules électriques produits dans le monde, prévoir la construction de plusieurs usines.

Elles seront dédiées à la production de véhicules de tourisme électriques, d’autobus et de camions électriques, de wagons de trains monorail électrique, ainsi qu’une usine pour la fabrication de batteries.

Outre la montée en puissance dans la construction automobile, le Maroc ambitionne avec ce projet d’accélérer la transition énergétique vers les énergies renouvelables et le développement durable.

L’investissement de BYD intervient dans le cadre du partenariat stratégique sino-marocain, signé lors de la visite du souverain marocain en mai 2016 en Chine. Il s’inscrit aussi dans le sillage de la stratégie de Mohammed VI pour moderniser les infrastructures du Royaume et diversifier les partenariats avec des grands groupes mondiaux.

Le ministre marocain de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, a indiqué que ce projet devrait contribuer à la concrétisation de la vision plus large du roi pour le développement des relations sino-africaines en prolongeant, à travers le Maroc, « la Route de la Soie vers l’ensemble du continent africain ».

Wang Chuanfu a confirmé, en espérant que ce projet constituera « un bon exemple pour d’autres pays dans le monde, dans le déploiement de solutions énergétiques innovantes ».

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.