Kenya: Dix institutions financières soupçonnées de corruption

Kenya: Dix institutions financières soupçonnées de corruption

Le gouvernement Kenya a lancé le 28 mai dernier, une enquête ciblant dix institutions financières soupçonnées d’avoir manipulé des fonds volés au Service de la Jeunesse du gouvernement (NYS), estimés à des dizaines de millions de dollars.

Il s’agit de neuf banques commerciales et une entreprise coopérative financière qui vont subir une enquête de la part de la police et de la Banque centrale, a-t-on appris à Nairobi.

Sont impliquées dans cette affaire, de grandes banques comme KCB Group et la filiale locale de Standard Chartered ainsi que Stanbic Kenya, Equity Group, Barclays Kenya, Banque coopérative, Banque nationale, Diamond Trust, Consolidated Bank ou encore la coopérative financière Unaitas

L’investigation lancée par les autorités kenyanes concerne aussi des dizaines de hauts fonctionnaires et d’hommes d’affaires qui ont été placées en détention provisoire depuis le lundi 28 mai. Selon des sources proches du dossier, ces derniers sont accusés de détournement de près de 100 millions de dollars des caisses de la NYS.

Le gouverneur de la Banque centrale du Kenya précise dans un communiqué qu’un nombre indéterminé de prêteurs étaient sous enquête. Il ajoute que la première phase de cette opération se concentre sur la recherche des bénéficiaires des fonds de la NYS et le recouvrement des actifs.

Le lancement de cette enquête exprime la volonté du président kenyan de voir clair dans cette affaire qui peut porter atteinte au programme de soutien des jeunes dans le pays. Uhuru Kenyatta a une fois de plus saisi l’occasion pour réitèrer à travers cette affaire son engagement à éradiquer la corruption.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.