la Fondation Novartis et Microsoft suggèrent à l’Afrique de mettre la technologie au service de la santé

la Fondation Novartis et Microsoft suggèrent à l’Afrique de mettre la technologie au service de la santé

Pour révolutionner l’accès de millions de pauvres aux soins de santé, la Fondation Novartis et Microsoft, conseillent aux pays africains d’avoir recours aux technologies pour promouvoir la santé.

«Les technologies contribueront même à la prédiction et à la prévention des maladies, réduisant ainsi le fardeau sanitaire en Afrique qui n’abrite que 3% des agents de santé du monde», estiment la Fondation Novartis et Microsoft.

Ces deux structures assurent que l’adoption des technologies telles que l’intelligence artificielle (IA) dans le secteur de la santé, pourrait contribuer à améliorer l’accès aux soins de santé dans les pays pauvres, faisant ainsi passer ces derniers devant les pays riches en termes d’accès aux soins et relevant ainsi les conditions générales de vie.

Selon les statistiques des Nation unies, actuellement, l’Afrique subsaharienne représente 12% de la population mondiale, mais fait face à 25% de la charge mondiale de morbidité, tout en n’abritant que 3% des agents de santé dans le monde.

Cette situation devrait s’empirer avec la prévision de pénurie mondiale d’agents de santé estimée à 18 millions d’ici 2030, souligne-t-on. «Or, les technologies dans la santé devraient pallier ce problème en permettant à des millions de personnes d’accéder à des conseils médicaux, diagnostics, soins de santé à distance.

L’accès à des spécialistes s’en trouvera également grandement facilité», précisent la Fondation Novartis et Microsoft dans leur rapport intitulé : « Réinventer la santé mondiale grâce à l’intelligence artificielle : la feuille de route vers la maturité de l’IA ».

«De nombreux pays sont mal préparés à faire face à une nouvelle maladie émergente telle que la Covid-19, en plus du fardeau actuel des maladies infectieuses et de la marée toujours croissante de maladies chroniques», a indiqué la Directrice de la Fondation Novartis, Dr Ann Aerts.

Elle souligne que «la technologie numérique et l’IA sont des catalyseurs essentiels pour repenser les systèmes de santé, afin qu’ils passent de la réactivité à la proactivité, puis à la prédiction et même à la prévention».

L’Afrique est donc appelée à développer un écosystème durable pour l’IA dans le domaine de la santé, particulièrement dans les pays où elle est la plus désespérément nécessaire.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *