John Jerry Rawlings : L’Afrique perd un digne fils

John Jerry Rawlings : L’Afrique perd un digne fils

L’ancien président du Ghana, John Jerry Rawlings, a rendu l’âme ce jeudi 12 novembre, a fait savoir son cabinet. Hospitalisé à l’hôpital de Korle-Bu, depuis quelques jours, celui qu’on surnomme le «Thomas Sankara accompli», s’est éteint à l’âge de 73 ans suite à une courte maladie.

Le décès subit de ce «panafricaniste» a créé une onde de choc au Ghana et au-delà de ses frontières. De nombreuses personnalités et des anonymes inondent les réseaux sociaux d’images et de propos élogieux de celui qui est considéré comme le père de la renaissance ghanéenne.

Presque tous les chefs d’état ouest-africains, reconnaissent en Rawlings le profile d’un homme empreint de justice sociale et de démocratie. «Tu manqueras à l’Afrique», a tweeté le président libérien, Georges Weah.

Ces célèbres citations sont aussi reprises sur la toile et des hommages divers lui sont rendus depuis l’annonce de sa mort. «C’est assez facile de prendre le pouvoir, ce n’est pas très compliqué de le garder, le plus difficile c’est de le quitter », John Jerry Rawlings, décédé 20 ans après avoir pacifiquement quitté le pouvoir», a tweeté le célèbre humoriste Mamane.

Après avoir dirigé le Ghana entre 1981 et 2001, l’ancien pilote de l’armée ghanéenne s’est mis en retrait, tout en étant très impliqué dans le règlement des différends politiques aussi bien dans son pays que dans d’autres Etats africains. Pour les Ghanéens et aussi pour beaucoup d’Africains, l’homme symbolisait le modèle d’un vrai démocrate.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *