2020, la pire année pour le tourisme mondial

2020, la pire année pour le tourisme mondial

2020 est la pire année jamais enregistrée dans l’histoire du tourisme mondial. C’est la conclusion regrettable à laquelle est parvenue l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), indiquant que la pandémie de Covid-19 a anéanti cette année tous les acquis du tourisme international.

Même si l’annonce d’un vaccin pourrait renforcer la confiance des voyageurs pour une reprise, il faudrait attendre encore plusieurs années pour retrouver les niveaux de 2019, fait noter l’OMT.

Sur l’ensemble de l’année 2020, l’OMT estime de 70 à 75% la baisse des arrivées touristiques internationales. «Dans ce cas, le tourisme mondial sera aux niveaux d’il y a 30 ans, avec un milliard d’arrivées en moins et une perte de 1100 milliards $ de recettes touristiques internationales», a souligné l’institution.

Elle relève que cet effondrement du tourisme international, dû à la crise sanitaire, pourrait par ailleurs, entraîner une perte économique de 2000 milliards $ du PIB mondial.

Déjà sur les dix premiers mois de l’année 2020, les données recueillies par l’OMT indiquent que les destinations ont accueilli 900 millions de touristes internationaux de moins par rapport à la même période en 2019, informe la même source.

Cette situation se traduit par une perte de 935 milliards $ de recettes d’exportation du tourisme international à fin octobre 2020, « soit plus de dix fois la perte enregistrée en 2009 sous l’impact de la crise économique mondiale», lit-on dans la note publiée par l’OMT.

L’Agence onusienne précise que la première région à subir l’impact de la pandémie est l’Asie et le Pacifique. Les restrictions sur les voyages y sont les plus sévères à ce jour. La région a connu une diminution de 82% des arrivées au cours des dix premiers mois de 2020.

Concernant le Moyen-Orient, les estimations indiquent une baisse de 73 %, et l’Afrique a connu une diminution de 69%. Les arrivées internationales en Europe et en Amérique ont diminué de 68%. Les projections pour 2021-2024 font état d’un rebondissement pour le second semestre 2021.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.