Allemagne : Présence obligatoire de femme dans le CA des entreprises cotées en bourse

Allemagne : Présence obligatoire de femme dans le CA des entreprises cotées en bourse

Le gouvernement allemand a approuvé ce mercredi 06 janvier 2021 une loi visant à obliger les grandes entreprises cotées en Bourse à nommer au moins une femme dans leur Conseil d’administration.

La nouvelle loi, qui s’appuie sur le quota de 30% pour les conseils de surveillance, a été introduite en 2015. Elle sera appliquée aux entreprises cotées en Bourse comptant plus de trois administrateurs, a-t-on appris.

La nouvelle loi concerne environ 70 entreprises, dont une trentaine n’ont actuellement aucune femme au sein de leurs conseils d’administration, ont fait noter les ministères de la famille et de la justice dans un communiqué conjoint.

«Cette loi est une étape importante pour que davantage de femmes occupent des postes de direction», a déclaré la ministre de la Famille, Franziska Giffey, citée dans le communiqué. «Nous avons vu depuis des années que peu de changements sont faits volontairement et que les progrès sont très lents», a-t-elle ajouté.

La ministre de la Justice, Christine Lambrecht, a, quant à elle, salué un «signal important pour les femmes hautement qualifiées». Elle a donc appelé les entreprises à «utiliser la chance offerte par ce quota pour accroître la féminisation des postes de direction».

Le pourcentage de femmes dans les conseils de surveillance des entreprises publiques allemandes a franchi le seuil des 30% en 2017 et s’élevait à 35,2% en novembre dernier. Dans les conseils d’administration des 100 plus grandes entreprises cotées en bourse dans le pays, les femmes ne représentent que 11,5% des sièges. D’après une récente étude de la fondation germano-suédoise, Allbright, les femmes ne représentent que 12,8% des membres des conseils d’administration des 30 sociétés cotées du Dax, l’indice vedette de la Bourse de Francfort.

La législation allemande prévoit également des règles plus strictes en matière d’égalité des sexes dans les entreprises où l’État est actionnaire.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *