Jaguar, le constructeur automobile, fait une transition vers le tout-électrique

Jaguar, le constructeur automobile, fait une transition vers le tout-électrique

Le constructeur britannique d’automobiles haut de gamme, Jaguar Land Rover, a annoncé ce lundi 15 février, que sa marque de luxe Jaguar allait devenir tout-électrique à partir de 2025, précisant que cette transition s’inscrit dans le cadre de sa nouvelle stratégie « verte », qui vise la neutralité carbone avant 2040.

Jaguar Land Rover promet d’investir 3,5 milliards de dollar par an, en grande partie dans l’électrique, afin d’être neutre en carbone d’ici à 2039. Déjà, le groupe, qui appartient à l’indien Tata Motors, fait savoir que sa transformation va entraîner une réduction sensible de ses activités hors production au Royaume-Uni.

Le constructeur précise toutefois ne pas vouloir fermer d’usine, précisant que celle de Solihull (centre de l’Angleterre) abritera la plateforme 100% électrique de Jaguar.

Si Jaguar va basculer en tout électrique, ce ne sera pas le cas pour Land Rover, précise-t-on, même si cette dernière va lancer six modèles tout-électrique au cours des cinq prochaines années. La première Land Rover tout-électrique est attendue en 2024. « L’objectif est que tous les modèles de Jaguar et Land Rover soient disponibles en 100% électrique d’ici la fin de la décennie », souligne le communiqué.

En plus, Jaguar Land Rover compte travailler sur le développement de l’hydrogène pour répondre à la future demande et entend, par ailleurs, collaborer avec le groupe Tata sur l’énergie propre et les logiciels informatiques.

Avec cette nouvelle stratégie, l’objectif du constructeur, est de pouvoir retrouver une marge opérationnelle à deux chiffres et une trésorerie nette positive d’ici à 2025.

Sous l’effet de la Covid-19, le groupe Jaguar-Land Rover avait annoncé l’année dernière la suppression de 1.100 emplois intérimaires au Royaume-Uni et avait dû se tourner vers des banques chinoises pour obtenir un prêt de 780 millions de dollars, alors qu’il n’était pas éligible aux prêts des pouvoirs publics au Royaume-Uni.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.