Création d’un Fonds climatique par le Canada et la BAD

Création d’un Fonds climatique par le Canada et la BAD

Le Fonds climatique Canada-Banque africaine de développement (CACF), vient d’être créé par un accord conclu entre le gouvernement canadien et la Banque africaine de développement (BAD).

Il s’agit d’un fonds spécial transformateur qui vise à accorder des prêts concessionnels à des projets liés au changement climatique comportant une forte composante sexospécifique.

Selon les termes dudit accord, le fonds sera capitalisé de deux façons. D’une part, la capitalisation se fera grâce à la combinaison d’une contribution remboursable de 104,8 millions de dollars américains, ce qui permettra d’accorder des prêts concessionnels tant pour des opérations souveraines que non souveraines.

D’autre part, le CACF bénéficiera d’une contribution de 10 millions de dollars canadiens pour une assistance technique complémentaire.

L’investissement, avec sa forte empreinte de genre, reconnait «le rôle essentiel que les femmes doivent jouer dans l’action climatique», a déclaré la ministre canadienne du Développement international, Karina Gould qui soutient les femmes dans «leurs efforts pour atténuer les effets du changement climatique et s’y adapter».

«Dans la reconstruction de l’Afrique après le Covid-19, la résilience climatique est très importante», a rappelé Akinwumi Adesina le président de la BAD, qui a été désignée comme administrateur du Fonds.

«Ces ressources que vous mettez à notre disposition sont uniques pour l’aide qu’elles nous apportent dans notre adaptation au changement climatique », a-t-il déclaré.

Il s’agit d’un financement à long terme, qui fournira des capitaux à long terme aux secteurs privé et public, mais également à des niveaux abordables pour les pays, a détaillé M. Adesina, ajoutant que ce Fonds est très important pour soutenir l’Afrique dans l’adaptation au climat et son atténuation.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.