La Banque mondiale débourse 465 millions $ pour booster l’accès à l’énergie au sein de la CEDEAO

La Banque mondiale débourse 465 millions $ pour booster l’accès à l’énergie au sein de la CEDEAO

La Banque Mondiale (BM) a approuvé un décaissement de 465 millions de dollars en faveur du nouveau projet régional d’accès à l’électricité et de stockage de l’énergie par batteries au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Ce projet consiste à étendre l’accès au réseau électrique à plus d’un million de personnes en Afrique de l’ouest et en améliorer la stabilité pour 3,5 autres millions d’habitants.

«Ce projet permettra d’augmenter les raccordements au réseau dans les zones fragiles du Sahel, de renforcer les capacités de l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité de la CEDEAO (ARREC) et d’améliorer l’exploitation du réseau de l’EEEOA grâce à une infrastructure de stockage de l’énergie par batteries», fait savoir la Banque mondiale.

«L’Afrique de l’Ouest est à l’aube d’un marché énergétique régional qui promet des retombées positives considérables sur le plan du développement et recèle un potentiel significatif pour la participation du secteur privé», a déclaré Charles Cormier, chef de service au pôle mondial d’expertise en énergie de la Banque mondiale, cité dans le communiqué.

«Le raccordement au réseau d’un nombre accru de ménages et d’entreprises, l’amélioration de sa fiabilité et la mise en valeur des importantes ressources en énergie renouvelable de la région, de jour comme de nuit, contribueront à accélérer la transformation économique et sociale de l’Afrique de l’Ouest», a-t-il souligné.

«Ces pays peuvent synchroniser les réseaux pour partager plus largement le pouvoir transformateur de l’électricité et accéder à une nouvelle ère d’échanges d’énergie décarbonée», a déclaré pour sa part, Deborah Wetzel, la Directrice de l’intégration régionale pour l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Banque mondiale.

Cette initiative ouvre la voie à l’échelle de la région, à l’augmentation des capacités de production et de transport des énergies renouvelables, ainsi qu’à une hausse des investissements dans ce domaine.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.