Lancement l’e-Cedi : Le Ghana à pied d’œuvre

Lancement l’e-Cedi : Le Ghana à pied d’œuvre

Le gouverneur Ernest Addison de la Banque centrale ghanéenne a annoncé le lancement de «L’e-Cedi numérique, le futur moyen de paiement électronique sur Smartphone au Ghana, précisant que ce projet devait passer par les étapes de conception, de mise en œuvre et de pilotage avant sa mise en circulation.

«La phase de conception, qui implique la conception de la monnaie numérique, est terminée. La banque centrale en est à la phase de mise en œuvre et de pilotage où quelques personnes pourront utiliser le cedi numérique sur leurs applications mobiles et autres appareils», indique la Banque centrale.

«L’e-Cedi numérique serait un futur moyen de paiement électronique sur Smartphone amené à potentiellement compléter et non pas remplacer les pièces et les billets en circulation aujourd’hui», précise la Banque centrale.

Le Ghana est bien décidé à entrer en phase pilote et compte figurer parmi les premiers pays du continent africain à engager un tel chantier du paiement électronique. Toutefois, le pays n’est pas le seul à vouloir introduire cette innovation.

Des mastodontes tels que la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Brésil ou encore l’Union européenne sont dans la course, et seules les îles Bahamas disposent déjà d’une monnaie numérique nationale.

Selon les analystes, «le continent africain offre des opportunités considérables pour la monnaie numérique». Si l’Afrique, font-ils observer, «reste l’un des continents les moins bancarisés du monde, seulement 15% de la population y dispose d’un compte bancaire, le paradoxe veut que les Africains soient très bien équipés en mobiles».

Toutefois, cette annonce intervient dans un contexte de tensions autour de la monnaie, le Cedi. Depuis mai dernier, la devise du deuxième plus grand producteur de cacao au monde est en chute libre, car «le rebond de l’économie après l’épidémie a incité les entreprises à stocker des dollars pour acheter des produits et se développer», or, la monnaie numérique s’appuie sur les fluctuations de la devise physique.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.