Algérie : Le secteur des textiles et du cuir en péril

Algérie : Le secteur des textiles et du cuir en péril

alg-cuirLes multiples contraintes liées aux effets des importations massives se font cruellement ressentir sur les entreprises algériennes des textiles et du cuir. Celles qui y résistent détiennent moins de 10% du marché algérien qui représentait 2 milliards de dollars en 2010.
Cette situation frise la faillite selon Omar Takdjout, le secrétaire général de la fédération nationale des travailleurs algériens. Le secteur des textiles et du cuir n’emploie plus que 15 000 salariés contre plus de 200 000 il y a 20 ans.
L’une des raisons à cette situation est que les marchés nationaux, notamment publics, ne sont pas octroyés aux entreprises algériennes de confection qu’elles soient publiques ou privées. Les importations massives mettent en échec la production nationale malgré les dernières mesures sensées promouvoir la production nationale. De nombreuses entreprises algériennes ont fait faillite à cause de la concurrence créée par l’importation de tonnes de textiles de l’Asie en général, de Chine, de Turquie, de Syrie et de Malaisie en particulier.

Selon les chiffres des statistiques des importations des vêtements publiés par le CNIS (Centre National de l’Information et des Statistiques) et couvrant l’année 2008 ainsi que les sept premiers mois de 2009, la Chine est en tête de file en matière d’importations de vêtements, soit 78 085 tonnes d’une valeur de plus de 74 millions de dollars pour 2008 et 39 141 tonnes d’une valeur de plus de 39 millions de dollars pour 2009. Les importations de vêtements ont représenté plus de 107 millions de dollars correspondant à plus de 97 000 tonnes durant l’année 2009. Les chiffres ont connu une hausse vertigineuse durant l’année 2010.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.