Congo-Brazzaville: Des centaines de personnes victimes d’une banque fictive

Congo-Brazzaville: Des centaines de personnes victimes d’une banque fictive

Plus de 600 Congolais ont été arnaqués par le Crédit mutuel d’Afrique (Cremaf), un établissement de micro-finance. Un faux nom pris d’une banque  accréditée par l’État congolais en 2013.

«Il y a mon mari, mon fils et moi : nous avons plus de 2,6 millions de FCFA d’épargne et on n’a rien eu au retour», fulmine Virginie, victime de la banque fictive. «On nous a menés en bateau. Il y a beaucoup d’histoires dedans. Au finish, nous pleurons aujourd’hui notre argent. Je suis victime. Je suis vraiment en colère», ajoute-t-elle. Il n’y a pas qu’elle. Depuis la découverte de l’arnaque, des témoignages des clients, s’enchaînent.

«Je réclame en capital investi 1,5 millions de FCFA. Aujourd’hui, on est presque à un mois sans paiement. Et le directeur de l’établissement se retrouve dans les geôles de la DGST (Direction générale de surveillance du territoire, service de renseignements). On ne sait pas aujourd’hui à quel saint se vouer»,  avoue Destin Ngoma, 26 ans, économiste et formateur en gestion d’entreprises. De son côté, le commerçant Fabrice Itoua, revendique 4 millions de FCFA à l’établissement fictif «comme investissement brut, sans compter le rendement ou bénéfice». «Nous sommes en difficultés avec cette microfinance. On ne sait pas quoi dire», avoue-t-il.

Selon les informations, la banque fictive a opéré dans l’intervalle mai-août 2021. L’établissement a fait miroiter à ses clients «un bénéfice de 200% de l’épargne déposée au bout de 78 jours». Les victimes réclament plus de 200 millions de FCFA. Mais selon toujours les informations, «l’établissement de micro-crédit n’est plus en mesure de rembourser». Les clients se tournent vers l’Etat pour récupérer leur épargne.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.