Centrafrique: Divergences autour de la hausse du SMIG

Centrafrique: Divergences autour de la hausse du SMIG

Le gouvernement a procédé en ce début d’année à la revalorisation du Salaire minimum interprofessionnel garanti le (SMIG).

Le SMIG passe de 18.850 à 29.000 FCFA. Soit une augmentation de 35%. Elle constitue en valeur absolue constitue la première revalorisation en trente ans ! La nouvelle mesure concerne aussi le Salaire agricole garanti (SMAG). Il est aussi revalorisé à 1.000 FCFA par jour.

Toutefois, ces revalorisations sont loin de faire l’unanimité. En effet dans le contexte actuel de conjoncture économique difficile engendrée par la Covid-19, les syndicats auraient souhaité une revalorisation de 100%.

Les organisations syndicales font savoir «que l’inflation galopante et les différentes crises sociopolitiques que connaît le pays ne peuvent permettre aux citoyens de vivre décemment de ces revenus».

D’après les informations, les syndications entameraient des négociations afin d’obtenir une augmentation de 40% des salaires de la fonction publique. La position des autorités centrafricaines est attendue au second semestre 2022.

L’insécurité conjuguée à la crise sanitaire mondiale pourrait faire perdre à la Centrafrique «quatre ans de croissance du revenu par habitant».

La Banque africaine de développement (BAD) estime pour sa part que «la croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel du pays devrait être de 3,3% en 2021 et de 5,1 % en 2022». Soit «un rebond de la croissance qui proviendrait de l’achèvement des projets énergétiques et de la reprise des activités agricoles et minières».

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.