la relance de l’économie, une préemption pour l’Espagne

L’économie espagnole a connu un accroissement exceptionnel pendant plusieurs années successives, mais le présent semble moins rose et moins satisfaisant après la crise internationale qui vint chambouler la vie et aggraver la situation d’un nombre inconcevable de ménages et entreprises.

Et pour faire face à cette calamité et relancer l’économie, l’Espagne était des quelques pays qui se sont donnés une stratégie comprenant une trentaine de mesures après avoir obtenu un accord avec les autres partis politiques. Mais ce plan avait été repoussé fin mars faute de consensus politique, selon la presse espagnole.

Ces mesures portaient essentiellement sur le renouvellement et l’amélioration des logements existants à travers une exhortation fiscale, le renfort et l’assistance du secteur énergétique, visant l’objectif de doubler la part des énergies renouvelables dans la consommation globale, soit au-delà de 22.7% pour 2020 contre 12.5% en 2009. Vient s’ajouter à cela, la stimulation de l’activité des entreprises, le soutien financier au PME et aux travailleurs indépendants.

L’Espagne investit également dans le rail et le réseau routier avec un plan d’investissement de 17 milliards de dollars, dans l’espoir de créer des emplois, pour diminuer le taux de chômage qui a touché près de 19% de la population active.
Frappée par la crise financière internationale, l’Espagne est engluée dans la récession et le recul, espérant s’en sortir avec le moins de dégâts possibles.


Afaf Nassiri

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.