La visite de 24 heures d’Édouard Philippe au Maroc couronné par la signature de 22 accords de coopération

La visite de 24 heures d’Édouard Philippe au Maroc couronné par la signature de 22 accords de coopération

Le Premier ministre français, Édouard Philippe a axé ce jeudi, sa première visite officielle de 24 heures au Maroc, sur les moyens de soutenir les percées économiques du royaume en Afrique.

Le séjour à Rabat du Premier ministre français de l’importante délégation qui l’accompagne, a été marqué par un forum économique franco-marocain, au cours duquel Edouard Philippe a invité les « entreprises françaises à se développer à partir de la plate-forme marocaine ».

Le chef du gouvernement français a appelé les investisseurs et promoteurs français à développer les échanges pour faire du Maroc une « plate-forme » de développement commun vers l’Afrique, et une « terre d’opportunité ».

Le premier ministre marocain, Saâd Eddine El Othmani a indiqué de son côté, que le royaume ambitionnait de devenir le pôle d’excellence du continent africain. Il a donc souhaité davantage de coopération pour investir en Afrique afin de développer ce continent d’avenir dans une logique de gagnant-gagnant.

La France est le premier partenaire économique et commercial du Maroc avant de se voir supplantée par l’Espagne.

Aujourd’hui, 800 filiales d’entreprises françaises, dont 33 du CAC40, sont implantées au Maroc et les investissements étrangers sont pour un tiers hexagonaux. « Mais les parts de marché françaises s’érodent », a déploré le Premier ministre français.

Au-delà des affaires africaines, le Maroc et la France ont décidé de renforcer leur coopération dans de nombreux secteurs, comme la transition énergétique, l’électricité renouvelable, le transport ferroviaire -avec la première ligne à grande vitesse du continent déjà en cours de construction- et les liaisons maritimes -grâce notamment à la modernisation du port de Tanger-Med.

Au total 22 accords ont été signés en marge de cette visite de Edouard Philippe.

La France et le Maroc ont aussi réitéré leur attachement à une mobilité dynamique des flux migratoires permettant une circulation des savoirs, des idées et des personnes et contribuant au renforcement de la relation bilatérale, notamment dans ses dimensions culturelles et économiques.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.