L’Agence de développement de l’Union africaine prend la succession du NEPAD

L’Agence de développement de l’Union africaine prend la succession du NEPAD

Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) cède sa place à l’Agence de développement de l’Union africaine.

Il s’agit d’un changement de dénomination avec pour volonté de rendre plus opérationnel cet organe de planification et de coordination des projets de développement en Afrique.

«C’est parce que nous sommes devenus une terre d’opportunités et de promesses considérables qu’il nous faut également changer de stratégie pour être dans le temps de l’action», a fait savoir le président sénégalais, Macky Sall qui préside actuellement le Comité d’orientation des chefs d’Etat et de gouvernement du NEPAD.

Macky Sall a indiqué que les projets s’accélèrent dans le secteur des transports, des TIC et de l’énergie, où l’Afrique devait renforcer ses efforts pour résoudre le paradoxe d’un continent doté d’immenses ressources naturelles mais où l’électricité est la plus chère dans le monde.

Il a martelé que la question de l’énergie doit rester au cœur des priorités de l’Agence de développement de l’Union africaine si nous voulons réussir le pari de l’industrialisation du continent », a-t-il déclaré.

Ceci étant, le NEPAD a un bilan, a déclaré le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, qui a mis l’accent sur l’autoroute transsaharienne, dont l’axe central est en voie d’achèvement.

Il a précisé que le tronçon entre Assamaka et Arlit, au Niger, est en cours de travaux, après que son financement ait été mobilisé auprès des partenaires financiers extra-africains.

Le reste de cette route entre Alger et Lagos est déjà entièrement bitumé, a-t-il annoncé, soulignant que l’Algérie va également accompagner le Mali dans ses démarches auprès des partenaires pour le financement du tronçon malien de l’autoroute transsaharienne.

Notons que le tronçon tchadien de axe autoroutier entre Ndjamena et la frontière nigérienne est en cours de travaux graduels grâce à des financements mobilisés hors du continent. Enfin, la branche tunisienne vers l’autoroute transsaharienne est déjà finalisée, apprend-t-on.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.