Embellie des marchés financiers internationaux mais vives inquiétudes sur les monnaies (Analystes)

Les marchés financiers connaissent cet automne une embellie, mais le calme apparent cache de vives inquiétudes sur les monnaies, selon les analystes suisses qui ont participé , la semaine dernière à Zurich, à la Foire consacrée aux hedge funds ou fonds alternatifs.

Les hedge funds ont attiré 120 milliards de dollars au cours du dernier trimestre, la plus forte augmentation en trois ans, alors que l’industrie gère 1770 milliards de dollars et dépasse son record d’avant la crise économique mondiale.

Pour les analystes, cette bonne nouvelle exprime une grande fragilité de l’économie, expliquant que ce sont les fonds « global macro » et « relative value » qui attirent l’intérêt des investisseurs, ceux qui tirent le mieux profit des déséquilibres macroéconomiques et financiers.

Ils relèvent que les produits structurés confirment cette impression, la Foire qui leur était consacrée à Zurich a attiré davantage de visiteurs que l’an dernier et la bourse prévoit une hausse des transactions d’environ 10 pc en 2010.

Mais les investisseurs n’adoptent pas des stratégies exprimant l’attente d’un scénario résolument haussier. Dans un contexte de très bas taux d’intérêt et de volatilité modérée, ils utilisent des stratégies offrant un rendement légèrement supérieur aux coupons obligataires. Il s’agit par exemple de reverses convertibles avec des barrières extrêmement basses, tout en cherchant d’abord à préserver son capital en y ajoutant un petit risque.

La meilleure protection consiste souvent à acheter de l’or, car la course à la dépréciation des monnaies (debasement) fait peur, le dollar ayant perdu 16 pc depuis la fin mai et l’euro n’a pas davantage accédé au statut de monnaie forte malgré l’intervention massive de la Banque nationale Suisse (BNS) pour qu’il garde une parité forte notamment face au franc suisse.

Lors de la foire des produits structurés à Zurich, la semaine dernière, le visiteur pouvait observer cet écart magistral entre le message rassurant de l’ex-président de la Bundesbank, Hans Tietmeyer, refusant l’emploi du terme de « crise de l’euro », et celui, une heure plus tard, du gérant de hedge fund Victor Sperandeo et de son scénario catastrophiste en raison de l’envol de la dette publique.

Un hedge fund est un organisme de gestion collective, fonctionnant sur le même principe que les OPCVM ou Mutual funds américains, mais investi dans une stratégie alternative. Contrairement aux fonds « classiques », les hedge funds obtiennent des performances généralement déconnectées de la tendance générale des marchés actions ou obligations.

To hedge signifie couvrir une position en prenant une autre symétrique. Ceci ne signifie pas pour autant que tous les hedge funds pratiquent des stratégies « sans risque », cela ne leur permettrait pas d’obtenir les performances dont ils se targuent.

Le métier des hedge funds est très technique et spécialisé mais peu régulé, pratiqué généralement par des gérants expérimentés, indépendants et dont la fortune personnelle est souvent pour partie engagée dans le fonds.

Les hedge funds attirent des investisseurs fortunés et avisés, par les perspectives de résultats qu’ils offrent, quelle que soit la tendance globale des marchés.(MAP)

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.