Des experts du FMI en mission d’information à Alger sur les réformes économiques

Des experts du FMI en mission d’information à Alger sur les réformes économiques

Une délégation d’experts du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Jean-François Dauphin, vient de clore une mission d’information  sur les réformes économique en cours en Algérie.

Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi à Alger, le Chef de mission, Jean-François Dauphin a indiqué que le FMI partage le même diagnostic de l’économie algérienne tel qu’établi par les pouvoirs publics du pays.

Le Fonds partage aussi ce double objectif d’ajustement et de transformation économique, avec la volonté de parvenir à cette transformation de la manière la plus douce possible, a indiqué Dauphin.

L’idée de l’Algérie de baser l’ajustement et la transformation de son économie sur deux piliers, dont l’assainissement des finances publiques et les réformes structurelles, agrée l’institution, a souligné Jean-François Dauphin, qui est également le chef de la Division Maghreb du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI.

Ces réformes vont permettre de dégager le potentiel de croissance de l’économie algérienne, a-t-il soutenu, faisant état de l’existence de nombreux points communs entre les visions du FMI et celles de l’Etat algérien sur la nature des contraintes liées à l’investissement et au développement du secteur privé, des domaines qui, a-t-il dit, nécessitent des réformes.

Le FMI, a-t-il ajouté, soutient les efforts des pouvoirs publics algériens pour la résorption de ces contraintes à travers l’amélioration de l’environnement des entreprises, notamment par la simplification des procédures administratives, l’amélioration des conditions de gouvernance, pour plus de transparence, ainsi que l’encouragement de l’administration numérique.

Il n’a pas manqué de réitérer l’engagement du FMI à soutenir les démarches de l’Algérie visant des subventions ciblées et la modernisation du secteur bancaire, pour un meilleur accès aux financements, ainsi que le développement des marchés de capitaux et ceux obligataires, et aussi l’amélioration du marché du travail en favorisant l’adéquation formation-emploi.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.