Coris bank Sénégal lance «Coris Baraka», dédiée au financement islamique

Coris bank Sénégal lance «Coris Baraka», dédiée  au financement islamique

Coris bank Sénégal, filiale du groupe bancaire Coris Bank International a lancé, mardi 29 mai à Dakar, son agence dénommée «Coris Baraka» dédiée à la finance islamique, avec une capitalisation initiale de 500 millions de FCFA.

Cette initiative entre dans le cadre de la promotion des offres de produits et services bancaires de la finance islamique, explique la filiale sénégalaise de Coris Bank International.

Cette nouvelle initiative permettra à Coris bank Sénégal d’avoir une inclusion financière  beaucoup plus large, a indiqué sa Directrice Générale, Soukeyna Niang  Sakho.

Le nouveau cadre réglementaire de la finance islamique permettra  à la structure de se renforcer et  pourquoi pas d’élargir sa fenêtre pour devenir une filiale à 100% islamique, a-t-elle ajouté.

La structure compte offrir à toute sa clientèle sur le marché local, une variété de gammes de produits et services,  notamment Mourabaha-Wadia et Moudharaba- Ijara. Ceci en totale conformité avec les règles et les normes en matière de financements islamiques.

Le ministre sénégalais du Budget, Birima Mangara, a fait savoir que cette initiative vient concrétiser tout le plaidoyer pour l’implication du secteur privé dans le développement de la finance islamique.

«Coris Baraka» constitue, selon M. Mangara, une palette d’offre islamique au Sénégal et renforce ainsi tous les efforts que l’Etat du Sénégal a déployé durant ces dernières années pour la promotion de la finance islamique.

Le ministre a conseillé aux établissements bancaires d’adopter efficacement  les instruments financiers compatibles avec la charia et la sunna afin de profiter  de la finance islamique, qui est en pleine croissance.

Notons que depuis 2007, le Sénégal a mis en place un cadre réglementaire  incitatif  notamment  dans les domaines de la fiscalité,  du développement des compétences et  des Sukuks. Les produits financiers et islamiques sont donc pris en compte dans le nouveau code général des impôts, adopté en décembre 2013.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.