Le COMCEC pour des mesures supplémentaires pour stimuler les échanges intra-OCI

Les pays islamiques devraient redoubler d’efforts et adopter des « mesures stimulantes supplémentaires » pour renforcer leur coopération économique et promouvoir davantage leurs échanges commerciaux, qui peinent à progresser sous l’effet de la crise économique mondiale.

C’est le message principal qui ressort de la 26-ème session du Comité permanent pour la coopération économique et commerciale de l’Organisation de la conférence islamique (COMCEC) qui a clôturé ses travaux vendredi à Istanbul.

Les représentants des pays membres étaient unanimes à considérer que malgré les avancées réalisées durant les cinq dernières années, dans le cadre du Plan d’Action décennal du Comité, il reste encore beaucoup à faire pour surmonter les effets de la crise économique mondiale, qui a fortement touché les pays islamiques.

Les échanges commerciaux entre les pays membres de l’OCI ont stagné à 16,6 pc depuis deux ans, sous l’effet notamment de la crise internationale, ce qui pousse les pays islamiques à adopter des « mesures stimulantes » supplémentaire pour porter ce volume à 20 pc d’ici à 2015, souligne-t-on à cette occasion.

« Bien que les progrès réalisés lors de la première moitié du Plan d’action décennal (2005-2015) sont remarquables, il reste beaucoup à faire avec un esprit coopératif et un engagement politique plus fort dans les cinq années à venir », a dit le ministre d’Etat turc, Cevdet Yalmaz, qui a présidé la séance de clôture de la 26-ème session du COMCEC.

Les pays membres ont débattu des mesures à mettre en Âœuvre pour renforcer leur coopération économique, mettant l’accent sur la nécessité de mettre en place « une structure de coopération plus complète, dotée d’un mécanisme de mise en Âœuvre efficace ».

Plusieurs autres sujets ont été approfondis à cette occasion, comme l’amélioration des flux financiers entre les pays membres, la lutte contre la pauvreté et la coopération entre les hommes d’affaires islamiques.

Les représentants des pays membres ont également échangé leurs vues sur le thème de « l’agriculture et le développement rural », lors d’une séance, qui a été marquée par la présentation des grandes lignes du « Plan Maroc Vert ».

En effet, le secrétaire général du ministère du Commerce extérieur, M. Elaid Mahsoussi, qui a conduit la délégation marocaine à cette réunion annuelle du COMCEC, a saisi l’occasion pour inviter les investisseurs des pays islamiques à venir investir au Maroc et tirer profit des opportunités offertes par le « Plan Maroc Vert », qui ambitionne de doter le Royaume d’une agriculture à forte valeur ajoutée.

Il a également réitéré la disposition du Maroc à partager avec les pays islamiques l’expérience qu’il a accumulée dans le secteur agricole, qui a été érigé en priorité dans les différents programmes du gouvernement depuis l’indépendance du Royaume.

Créé en 1981 et placé sous la présidence de la Turquie, le COMCEC s’est imposé comme un des plus actifs comités de l’OCI, qui est chargé d’assurer le suivi de la mise en oeuvre des résolutions adoptées par la Conférence islamique dans les domaines économique et commercial.

Il a également pour mission d’étudier tous les moyens permettant de renforcer la coopération entre les Etats islamiques et d’envisager des programmes et des propositions de nature à accroître les capacités économiques et commerciales des Etats islamiques.(MAP)

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.