Le partenariat public-privé pour une transformation des villes africaines

Le partenariat public-privé pour une transformation des villes africaines

Le sommet international sur les villes intelligentes vient de se tenir à Alger, où les participants ont été unanimes à souligner que le Partenariat public-privé (PPP) constitue un impératif pour la concrétisation des projets innovateurs permettant la transformation des villes classiques en Smarts-cities (villes intelligentes).

« Pour construire une ville intelligente, l’Etat peut initier des projets, mais les investissements publics ne peuvent à eux seuls les concrétiser », a déclaré Christian Bardon, expert et opérateur dans le développement des villes intelligentes, lors d’un panel dédié à la gouvernance et au partenariat public-privé dans les villes intelligentes.

Il a estimé que l’appel au secteur privé, qui peut également proposer des projets et les réaliser, demeure indispensable, ajoutant que « la manière la plus rentable et avantageuse pour les deux parties demeure le partenariat public-privé permettant de développer ensemble des projets modernes et intelligents ».

En plus du PPP, les participants ont soulevé le rôle important que doivent jouer les startups, dans la transformation des villes.

Prenant part au même panel, Mathilde Conon, manager en charge de l’innovation et les PME au sein d’un établissement français public-privé dédié à l’innovation pour la smart city, a, par ailleurs, insisté sur le rôle des startups et les PME dans les projets de développement des villes intelligentes.

Elle a indiqué que les startups renferment souvent des jeunes dynamiques et pleins d’ambitions, qui n’ont pas besoin de beaucoup de moyens et d’investissements.

« Ces jeunes, au sein des startups innovantes, proposent des solutions intelligentes à des obstacles quotidiens dans nos villes à travers les réseaux internet ou des applications de Smartphones, donc, leur rôle dans les projets de transformation des villes classiques en villes intelligentes est incontournable », a-t-elle fait remarquer.

Ce sommet, qui est un espace d’échange d’expertises et expériences en matière de villes intelligentes, a pour objectif d’évaluer les stratégies mondiales de croissance des villes intelligentes.

Plus de 4000 experts, venus de 40 pays et 15 institutions ont pris part à cet évènement à Alger.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.