Le Roi Mohammed VI appelle à un « dialogue direct » entre le Maroc et l’Algérie

Le Roi Mohammed VI appelle à un « dialogue direct » entre le Maroc et l’Algérie

Le Roi Mohammed VI a annoncé mardi la disposition du Maroc au « dialogue direct et franc avec l’Algérie » pour dépasser les différends conjoncturels et objectifs dans les relations bilatérales et servir le développement du Maghreb, tout en insistant sur une solution politique de compromis, durable et réaliste au Sahara qui s’inscrive dans le cadre de l’Initiative d’autonomie.
Dans un discours prononcé à l’occasion du 43ème anniversaire de la Marche verte, le souverain marocain a proposé à l’Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation, soulignant que le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins.
Ce mécanisme pourra constituer le cadre pratique d’une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales, notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb.
Au sujet de la question du Sahara, le Souverain marocain a rappelé la clarté de la position du Maroc, qui se manifeste aussi par la fermeté et la rigueur extrêmes face à tout abus, de quelque source qu’il procède, qui pourrait porter atteinte aux droits légitimes du Maroc ou dévoyer le processus de règlement onusien des termes de référence fixés.
Le Souverain a également rappelé les efforts de développement des provinces du Sud, dans le cadre du nouveau modèle de développement, afin de permettre au Sahara marocain de renouer avec sa vocation séculaire de trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine.
En parallèle, la mise en œuvre opérationnelle de la régionalisation avancée contribue à faire émerger une véritable élite politique, qui assure une représentation démocratique effective des habitants du Sahara et qui, dans un climat de liberté et de stabilité, les met en capacité d’exercer leur droit à une gestion autonome de leurs affaires locales et à un développement intégré de leur région, a ajouté le Souverain.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.