La BAD cherche à réduire le poids des dépenses climatiques

La BAD cherche à réduire le poids des dépenses climatiques

La Banque africaine de développement (BAD) a lancé plusieurs initiatives visant à réduire le poids des dépenses climatiques qui absorbent jusqu’à 10% du budget national de certains pays africains, au détriment des secteurs vitaux sociaux.

Face à l’urgence climatique marquée ces dernières années par des cyclones, des inondations et des sécheresses, de nombreux pays africains ont dû transférer les parts de budget national prévues pour des secteurs de développement essentiels (santé, éducation, infrastructures, etc.) vers des dépenses liées aux actions d’adaptation et de résilience climatique, d’après un constat de la BAD.

«Les pays en difficulté étant aussi les Etats les plus vulnérables au changement climatique, nous cherchons à éviter que les dépenses climatiques affectent leur développement socio-économique», a déclaré Al-Hamdou Dorsouma, chef de la Division climat et croissance verte à la Banque, ajoutant que «c’est une question de toute première importance pour nous à la Banque africaine de développement».

La Banque panafricaine, première institution de financement du développement sur le continent, a considérablement accru, ces cinq dernières années, les ressources consacrées aux financements climatiques.

Alors qu’elle n’était que de 9% du volume total de ses approbations en 2016, la part des financements climatiques de la Banque est passée à 28% en 2017, puis 32% en 2018, avant d’atteindre 36% en 2019, soit près de 3,6 milliards de dollars.

Outre la mobilisation de ses propres fonds en faveur des pays membres, la BAD soutient les efforts des Etats africains pour mieux accéder à la finance climatique mondiale, dont les ressources publiques et privées s’évaluent en centaines de milliards de dollars chaque année, ajoute la même source.

Faute de pouvoir remplir les nombreuses conditionnalités d’accès aux fonds climatiques mondiaux, l’Afrique, région du monde la moins polluante mais la plus vulnérable, ne bénéficie que de 4% de la finance climatique mondiale, déplore la banque panafricaine.

Afin de sortir de cette situation paradoxale, la BAD appuie les États africains afin de monter des projets éligibles aux différents guichets de la finance climatique mondiale.

Compte tenu des engagements de la Banque sur le climat, elle vient de nommer Anthony Nyong, directeur du Département changement climatique et croissance verte à la BAD, à la tête du Bureau régional pour l’Afrique du Centre mondial pour l’adaptation.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.