Le ciment marocain en position de force sur le marché libyen

Le ciment marocain en position de force sur le marché libyen

ciment-algerieA l’heure de la reconstruction après plusieurs mois de guerre civile, la Libye affiche un besoin en ciment des plus importants, un besoin que le Maroc semble être le mieux placé pour satisfaire.
Les professionnels estiment à 24 millions de tonnes le besoin en ciment actuel de la Libye. Il s’agit là d’une véritable aubaine pour le Maroc. En effet, le Royaume dispose en ce moment d’une surcapacité de production de 1.5 million de tonne et qui devrait passer, après l’entrée en production l’année prochaine de la deuxième unité des ciments Atlas, à 3 millions.
De plus, l’entrée du Maroc sur le marché libyen est favorisée par l’avantage qu’il affiche par rapport à ses principaux concurrents que sont l’Egypte, la Tunisie, et l’Algérie. La situation est effectivement plus délicate pour ces derniers.

L’exportation tunisienne annuelle d’un million de tonnes de ciment vers la Libye d’avant la révolution a été fortement altérée par celle-ci et c’est le même constat pour l’Egypte. La production algérienne pour sa part suffit à peine à satisfaire les besoins du pays avec les énormes projets en cours dans le cadre du Plan Quinquennal 2010-2014. Le principal frein à une véritable conquête du marché libyen par le ciment marocain se situe au niveau du transport qui est particulièrement onéreux.
Les cimentiers nationaux tels que l’APC (Association des Professionnels du Ciment) ont déjà eu à débattre de la question avec des intermédiaires étrangers lors du salon Bâtimat à la mi-novembre à Paris.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.