La Tunisie abrite la 54ème réunion de la commission de l’OMT pour l’Afrique

La Tunisie abrite la 54ème réunion de la commission de l’OMT pour l’Afrique

Il se tient à Tunis la 54ème réunion de la commission de l’Organisation Mondiale du Tourisme, section Afrique à partir de mercredi jusqu’à vendredi. Les participants étudient notamment les perspectives de développement du tourisme interafricain.  En effet, Malgré d’innombrables opportunités, le secteur est encore très peu développé.
Environ 300 participants venant de différents pays ont pris part à cette 54ème réunion de la commission de l’OMT pour l’Afrique  qui se tient  pour la première fois en Tunisie et en parallèle avec la 19ème édition du MIT (Marché International du Tourisme).
C’est au cours de cette réunion que la Tunisie a annoncé qu’elle se porte candidate aux élections d’Août 2013, du bureau exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) pour représenter l’Afrique. La Tunisie, une fois élue, servira de façade et un point de jonction entre l’Europe et l’Afrique sur le plan touristique. Le pays est par ailleurs  prêt à contribuer à la mise en œuvre d’un programme conjoint pour le développement du secteur touristique en Afrique et de diagnostiquer et résoudre ses problèmes.
Le ministre du gouvernement tunisien, s’exprimant au cours de la réunion, à suggérer à ses hôtes de multiplier les liaisons aériennes, améliorer les infrastructures et renforcer la formation de la main d’œuvre spécialisée et les circuits de distribution, comme préalable  dans la réussite du tourisme africain. A ce niveau, il a évoqué les efforts déployés par la Tunisie pour renforcer la coopération internationale et les échanges d’expériences et d’expertises dans ce domaine, rappelant les actions déjà menées pour promouvoir le système de marketing du produit touristique tunisien et l’encadrement des entreprises touristiques opérant dans les secteurs de l’hébergement, et des voyages.
Poursuivant dans la même lancée, le secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai a appelé les pays africains à tirer profit des nouvelles technologies de communication et de l’information dans le domaine du tourisme.  Il martèle  sur l’importance du tourisme interafricain, qui passe par  l’investissement dans les spécificités de chaque pays africain et la diversification du produit,  et des services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.