Maroc : emprunt obligataire de 500 millions de dollars en vue pour BMCE Bank

Maroc : emprunt obligataire de 500 millions de dollars en vue pour BMCE Bank

L’économie marocaine est plus que jamais tournée et ouvert à l’international. Les banques marocaines l’ont bien compris et comptent exploiter ce créneau. En effet, BMCE Bank va lancer son premier emprunt obligataire sur les marchés de capitaux internationaux, d’un montant de 500 millions de dollars. Le but de cette opération est d’assurer le financement de son développement national et surtout son expansion à l’international.

Une semaine après l’annonce par Attijariwafa Bank, la première banque marocaine, de son intention de lever 500 millions de dollars, c’est au tour de sa compatriote BMCE de lui emboîter le pas. C’est le même montant qui est en jeu, soit un emprunt en devises de 500 millions de dollars. Il a d’ailleurs fallu que l’assemblée générale ordinaire des actionnaires de la banque donne son accord lors d’une  réunion extraordinaire tenue ce mardi. Cet emprunt obligataire à taux fixe, de 5 ans d’échéance, est prévu pour être coté  au marché international des valeurs à la Bourse du Luxembourg.

Dans un communiqué de la banque, l’objectif de cette émission qui est d’ailleurs une première à l’international d’une banque marocaine depuis dix ans, contribuera à diversifier les ressources et à améliorer la liquidité, mais aussi à financer son développement futur, tant au Maroc qu’à l’international.Ce nouvel emprunt intervient alors que le groupe a procédé à deux opérations de renflouement successives à la fin 2012. La première a pris la forme d’une augmentation de capital réservé de 168 millions de dollars et la deuxième étant constituée  sous forme d’un emprunt  obligataire de 117 millions de dollars sur le marché local.En 2012, son résultat net s’est amélioré de 9%, se fixant à 730 000 dollars pour   un produit net bancaire qui dépasse, pour  une première fois, la barre des 1,2milliards de dollars.

Fait marquant : près de la moitié des bénéfices de la banque proviennent des activités à l’international, notamment via les filiales africaines, qui contribuent désormais à hauteur de 44% dans les profits du groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.