Le Premier ministre préside la 2è réunion du comité national chargé du pilotage du Pacte national pour l’émergence industrielle

Le Premier ministre, Abbas El Fassi a présidé, jeudi à Rabat, la deuxième réunion du comité national chargé du pilotage du Pacte national pour l’émergence industrielle (PNEI), consacrée à l’évaluation des réalisations dans le domaine industrielle.

M. El Fassi a mis l’accent sur la nécessité de mettre en oeuvre les Hautes orientations royales relatives à l’accélération du rythme de réalisation des projets et l’amélioration du climat des investissements.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologiques a déclaré à ce propos qu’expliquer les réalisations effectuées dans le cadre du pacte pour l’Emergence industrielle assure plus de visibilité et de mobilisation des différents acteurs.

Dans le cadre du Pacte, a-t-il expliqué, il a été convenu à ce qu’une commission présidée par le Premier ministre se réunisse chaque année pour définir quels sont les objectifs à atteindre et les plans d’action qui doivent être exécutés pour l’année en cours.

Ce pacte pour l’émergence industrielle a donné concrètement une dynamique à l’industrie sur plusieurs niveaux. Il s’agit d’abord des plateformes industrielles intégrées, qui sont au nombre de 22, dont 20 sont actuellement soit opérationnelles soit en cours d’adjudication à des aménageurs qui vont les développer, a-t-il fait observer.

Ce pacte comporte 111 mesures pratiques qui sont le fruit d’un travail commun et de concertation entre les secteurs public et privé et les institutions bancaires, intéressant le développement des plates-formes industrielles intégrées, le développement des nouveaux métiers internationaux au Maroc et du secteur de cuir et de textile, la promotion des industries alimentaires, l’amélioration du climat des affaires et de la compétitivité des PME ainsi que l’adéquation de la formation avec les exigences du marché d’emploi.

Le contrat programme du Pacte national pour l’émergence industrielle s’articule autour de cinq objectifs principaux, à savoir la création d’emplois industriels pérennes et la réduction du chômage urbain, l’augmentation du PIB industriel, la réduction du déficit commercial, l’appui à l’investissement industriel, et la contribution à la politique d’aménagement du territoire.(MAP)

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.