Sénégal : NON aux Accords de Partenariat Economique (APE)

Sénégal : NON aux Accords de Partenariat Economique (APE)

Les Accords de Partenariat Economique (APE) alimentent les discussions en début de cette année 2015 au Sénégal, et pour cause la Coalition nationale non aux APE, exige un débat national sur ces accords. Selon Guy Marius Sagna, premier responsable de cette coalition, le président sénégalais Macky Sall à l’obligation d’ouvrir des discussions autour des APE.

Non aux APE

Le Sénégal prévoit dans les prochains jours avoir recours aux parlementaires pour approuver  l’adhésion pleine et entière du pays à ces accords. Selon M. Sagna, un débat national doit se tenir avant la consultation parlementaire et ce dans les meilleurs délais.

Dénonçant les APE comme une tactique de l’Union Européenne pour  faire des pays africains des débouchés pour leurs excédents de production de ses multinationales, la coalition annonce qu’elle mènera très prochainement  des actions afin d’emmener l’Etat Sénégalais à rejeter les APE.

Lors d’une rencontre avec la presse, la coalition non aux APE a exprimé sa volonté de ne pas se laisser faire. « Il n’est pas question pour nous d’accepter une politique de fait accompli, consistant à passer par-dessus le peuple pour faire passer en contrebande pour l’adoption des APE », a martelé le coordonnateur.

Avant l’ouverture du débat national qu’exige la coalition, ce regroupement des organisations de la société civile, des syndicats, des mouvements citoyens et des partis politiques, promet organiser lui-même, des débats thématiques sur l’impact des APE sur les différents segments de l’économie sénégalaise.

En lieu et la place des APE, la coalition propose notamment, le développement de l’économie nationale, l’intégration africaine ou encore le patriotisme économique comme des solutions alternatives.

Rappelons que depuis 2000, l’Union Européenne négocie avec les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) des accords de partenariat économique qui sont des accords commerciaux visant à développer la libre échange.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *