Zambie: La hausse des taxes minières ne fait pas fuir la Chine

Zambie: La hausse des taxes minières ne fait pas fuir la Chine

Malgré une hausse de 100%  sur les redevances minérales pour l’exploitation minière en Zambie, le Chine va continuer son exploitation de cuivre dans le pays. Les investisseurs chinois opérant dans le secteur minier du cuivre ont décidé de demeurer en Zambie, ce même après l’annonce relative à l’augmentation des taxes appelées redevances minérales pour l’exploitation minière à ciel ouvert et souterraine opérée récemment par le gouvernement zambien.
Mines cuivre Zambie

A la suite de cette augmentation, l’ambassade de Chine à Lusaka a déclaré ce vendredi 02 janvier 2015, qu’aucune entreprise d’exploitation minière chinoise ne se retirerait pas de la Zambie en raison des taxes révisées. « Les entreprises chinoises cherchent plutôt à collaborer avec le gouvernement zambien si les impôts sont trop élevés » a ajouté la représentation diplomatique chinoise en Zambie.

Contrairement aux chinois, le canadien Barrick Gold qui exploite la plus grande mine à ciel ouvert de la Zambie, Lumwana Copper Mines, a fait savoir qu’il va se retirer. Si Barrick Gold venait à se retirait c’est plus de 3000 mineurs qui vont se retrouver en chômage.

La position du groupe canadien est perçue par Lusaka comme une intimidation. En réponse donc le président par intérim de la Zambie, Guy Scott a déclaré que le gouvernement ne céderait pas aux menaces de pertes d’emplois chaque fois qu’il révise ses taxes.

Exprimant sa déception face à la fermeture de la mine de Lumwana, et ce avant même la fin des négociations sur les nouvelles taxes, le président Scott a indiqué que la décision du gouvernement d’augmenter les taxes minières, a pour objectif de doter le pays d’une répartition plus équitable des bénéfices provenant des mines. Le gouvernement zambien estime qu’actuellement le pays n’obtient que peu des bénéfices de ses ressources minérales.

Rappelons que les impôts pour l’exploitation minière à ciel ouvert passent de 4 % à 8 % et ceux du sous-sol minier sont fixés à 20 % de la valeur du cuivre extrait contre les 10% payés précédemment.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *