Togo : La finance inclusive pour combattre l’extrême pauvreté en 2015

Togo : La finance inclusive pour combattre l’extrême pauvreté en 2015

Dans son adresse à la nation pour l’année 2015, le chef de l’état togolais Faure Gnassingbé a promis un soutien pour les populations les plus vulnérables et les plus démunis. Il estime que le Fonds national de la finance inclusive FNFI lancé en janvier 2014, constitué un espoir pour une réduction sensible de la pauvreté en 2015.

Faure Gnassingbé

« Sept mois seulement après sa mise en œuvre, le premier produit du FNFI baptisé « Accès des pauvres aux services financiers » a permis de toucher plus de 300,000 personnes » a indiqué Faure Gnassingbé tout en soulignant que le FNFI a comblé au-delà des attentes.

« Pour l’année 2015, le FNFI et les prestataires de services financiers franchiront un nouveau cap, avec la mise sur le marché de deux nouveaux produits » a annoncé le chef de l’état togolais. Les nouveaux produits permettront de prendre en compte les besoins spécifiques de deux cibles majeures du fonds a précisé le discours. Il s’agit des agriculteurs et des jeunes qui sont confinés dans les milieux ruraux et donc défavorisés

« Les agriculteurs ont besoin que la finance inclusive s’adapte à leurs besoins particuliers » a-t-il déclaré tout en révélant que des produits innovants, leur seront proposés en 2015.

Les jeunes pour la plupart ayant appris un métier mais qui peinent, à lancer une activité génératrice de revenus, faute de moyens financiers, Faure Gnassingbé promet également des produits adaptés à leurs besoins portés par le FNFI. C’est une nouvelle offre qui leur permettra au terme de leurs formations, d’accéder aux microcrédits, qui les sortiront du cercle du chômage a martelé le président togolais.

La réorganisation du secteur informel constituera un levier pour la lutte contre la précarité. Faure Gnassingbé a terminé ses propos en disant que « La contribution des corps de métiers à la création des richesses nationales sera davantage prise en compte et mise en valeur dans l’intérêt même de notre économie ».

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *