Rafael Nadal réussit son deuxième Grand Chelem cette saison

Rafael Nadal comme chez lui sur le gazon du Centre Court. L’Espagnol a remporté dimanche pour la deuxième fois le tournoi de Wimbledon en battant en finale le Tchèque Thomas Berdych en trois sets, 6-3, 7-5, 6-4, en 2h13 de jeu.

Déjà vainqueur des Internationaux de France en juin, le numéro un mondial réalise le deuxième doublé Roland-Garros/Wimbledon de sa carrière, après celui de 2008. A 24 ans, il compte désormais huit victoires en Grand Chelem, autant qu’Andre Agassi, Jimmy Connors, Ivan Lendl, Fred Perry et Ken Rosewall.

« Gagner ici a été toujours été un rêve pour moi », a déclaré Rafael Nadal, après avoir reçu le trophée du vainqueur des mains du duc de Kent. « C’est incroyable pour moi d’être là après une année difficile pour moi l’année dernière ».

Forfait l’année dernière à Wimbledon sur blessure, Nadal disputait dimanche sa quatrième finale au All England Club, la première sans Roger Federer, absent pour la première fois lors du dernier match du tournoi depuis 2002. Grâce à ce succès, il en est désormais à 14 victoires consécutives à Londres et devient le seul Espagnol double vainqueur à Wimbledon. « Ces 40 dernières années, ça a été très difficile de gagner ici pour les Espagnols (…) On s’en sort mieux maintenant », a-t-il confié.

Face à lui, Berdych jouait sa première finale de Grand Chelem, après avoir atteint le dernier carré à Roland-Garros début juin. Premier Tchèque en finale à Wimbledon depuis Ivan Lendl en 1987, il n’a pas démérité, sans toutefois jamais mettre vraiment en danger Nadal. « Ces deux semaines ont été géniales pour moi », a dit le Tchèque à l’issue de sa défaite. « Il (Nadal, NDLR) était très fort aujourd’hui. Il montre depuis quelques mois que c’est vraiment un champion et il mérite de gagner aujourd’hui ».

Le numéro un mondial a en effet imprimé son rythme au match. Solide derrière son service (69% de première balle), il a, comme à son habitude, su accélérer et mettre son adversaire sous pression sur les points importants. Il a ainsi conclu sur sa première balle de match, sur le service de Berdych.

Le gaucher de Manacor a placé sa première accélération du match au septième jeu de la première manche, lorsqu’un coup droit long de ligne en bout de course lui offrit trois balles de break, les trois premières du match. Il prenait le service de son adversaire à la deuxième, grâce à un retour en revers canon, pour mener 4-3. Ce break confirmé par un jeu blanc, il se procurait deux balles de set sur le service suivant de Berdych, et empochait le set 6-3 sur sa deuxième opportunité, en 34 minutes.

Après un premier set à 48% de première balle, Berdych retrouvait son service à l’entame de la deuxième manche. Nadal donnait alors plus de points (sept fautes directes dans les trois premiers jeux contre seulement trois pour l’ensemble du premier set), mais continuait de dominer en puissance son adversaire.

Une fois encore, l’Espagnol appuyait sur l’accélérateur en fin de set, à 6-5 en sa faveur. Auteur d’un très mauvais jeu, le Tchèque était mené 0-40 et sortait un nouveau coup droit sur la première balle de break de Nadal: 7-5 en 54 minutes et deux sets à zéro pour l’Espagnol, malgré ses 12 fautes directes et les sept aces de Berdych dans cette seule manche.

Dos au mur, la tête de série numéro 12 tentait d’inverser la tendance dès le début du troisième set. A 1-1, il se procurait sa quatrième et dernière balle de break du match. Gâchée comme les autres, cette fois par un revers dans le filet. L’occasion était passée pour le Tchèque de 24 ans. A 5-4, il se retrouvait une nouvelle fois sous la pression de Nadal, qui menait rapidement 0-30. Berdych recollait à 40-40, mais s’inclinait finalement sur la première balle de match de « Rafa », qui s’écroulait sur le gazon abîmé de Wimbledon, sous les yeux du Suédois Bjorn Borg, quintuple vainqueur au All England Club.(Nouvelobs)

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.