Cupidon… Un business man par excellence !

Bouquet de fleur refilé par notre valentin sans grande conviction, ou encore boite de chocolat offerte juste pour éviter une dispute, la saint valentin ne paraît pas imprimer les grands élans sentimentaux. 

Malgré cela, Cupidon ne semble en aucun cas être condamné. Hélas, il s’avère « obligatoire » de s’aimer, de se désirer plus que n’importe quel autre jour de l’année afin d’incarner « le couple idéal ».

Mais puisque cela nous fatigue, puisque nous n’avons pas besoin d’occasion pour se chérir et pour s’offrir des présents, pourquoi nous en faisons une fête ? Qui nous y oblige ?

Ne pas présenter de cadeau à sa Valentine, ne peut que mener vers un grand désastre. En effet Les professionnels du marketing jouent de plus en plus sur la « tradition » du présent.

Par le moyen de La sacrée Rose Rouge, ou du fameux cœur en chocolat, certains enseignes élargissent leur marge bénéficiaire grâce à la saint valentin.

Mieux encore, d’autres marques voient plus loin, en ciblant le « Tout Le Monde ». A coté des couples heureux coexistent les célibataires. Ainsi des formules, comme la « sans valentin », semblent bien être destinées à ce segment ; longtemps omis par les planifications mercantiles ; mais qui pèse lourd.

Bref, la saint valentin représente une occasion comme plusieurs d’autres, où le déploiement du Marketing s’intensifie, une aubaine où les marques se voient travailler leur image de manière tendre et glamour, mais aussi drôle et innovante.

Certes la fête de cupidon prend des tendances purement commerciales mais pour les chers couples qui se sont déjà procurés le bouquet de fleur, un petit cadeau ne peut faire de mal à personne. Joyeuse saint valentin.


Riham Barbouch

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.