Lancement au Maroc d’un appel à manifestation d’intérêt pour la cession de la SAMIR

Lancement au Maroc d’un appel à manifestation d’intérêt pour la cession de la SAMIR

Le syndic judiciaire chargé de la liquidation de la SAMIR, l’unique raffineur du maroc, a lancé le mercredi 8 février, l’appel à manifestation d’intérêt (AMI)  pour la cession de la totalité des actifs de la raffinerie qui se trouve à Mohammedia.

Les postulants ont donc 30 jours à compter de la date de lancement de l’appel à manifestation d’intérêt pour soumettre leur offre, a précisé Mohamed El Krimi, syndic judiciaire de la SAMIR, lors d’un point de presse tenu ce jeudi 9 février.

Toute offre doit comporter des prévisions d’activité et de financement pour les cinq prochaines années (business plan) avec un prix de cession et ses modalités de règlement, a fait savoir Mohamed El Krimi, précisant que le dossier de l’offre devra également renfermer la date de réalisation de la cession et le niveau et les perspectives d’emploi justifiés par l’activité considérée.

A cela s’ajoutent les garanties souscrites en vue d’assurer l’exécution de l’offre et une synthèse mettant en exergue la valeur ajoutée économique, sociale, environnementale et financière attendue de cet investissement, poursuit le syndic judiciaire de la Samir.

«Je dois préciser que tout investisseur s’intéressant à la reprise de la société devra respecter la procédure judiciaire de la cession. Nous garantissons la totale transparence de l’opération et le respect strict des dispositions légales en vigueur», assure-t-il.

«Ce qui nous intéresse le plus dans cette opération c’est que le repreneur éventuel remet la société sur les rails de la production. Il devra présenter un business plan clair avec l’investissement à consentir et les emplois supplémentaires à créer», souligne El Krimi, notant que l’investisseur potentiel aura une société clé en main.

«La Samir dispose d’un outil industriel qui répond aux standards internationaux dans le domaine du raffinage. L’investisseur potentiel pourra enclencher le processus de production dans les six mois qui suivent la cession», ajoute le syndic judiciaire.

La Samir, en cession, emploie quelque 900 personnes et est dotée d’une capacité maximale annuelle de production en gasoil de 3,4 millions de tonnes, soit 68% de la demande nationale actuelle. Elle dispose, par ailleurs, d’un potentiel de satisfaction de la demande nationale en Jet A1 à 100% à l’horizon 2025.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *