Pétrole : Le Nigeria promet à l’OPEP de limiter sa production

Pétrole : Le Nigeria promet à l’OPEP de limiter sa production

Le Nigeria a donné son accord aux membres de l’OPEP de limiter prochainement sa production  pétrolière, en dépit de son exemption de l’accord de limitation de la production en vigueur jusqu’au mois de mars 2018, ont révélé des sources proches du cartel en marge de la réunion du comité de suivi de l’accord, tenue ce lundi à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Le Nigeria s’est engagé à ne pas dépasser 1,8 millions de barils par jour, une quantité dont il n’est pas très loin puisque sa production était de 1,68 million de barils par jour avec la possibilité d’atteindre 1,84 million de barils par jour à la fin de ce mois de juillet.

Le géant pétrolier africain se joint ainsi aux membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et à leurs partenaires non membres du cartel, menés par la Russie, qui se sont engagés à limiter leurs productions pétrolières respectives.

La promesse faite ce 24 juillet par le Nigeria est à même de mettre fin à des semaines d’angoisses particulièrement éprouvantes pour l’OPEP dont le délégué russe avait évoqué, rappelons-le, la possibilité d’imposer une limite à la production du Nigeria mais aussi de la Libye.

Ces deux pays membres avaient été exemptés de l’accord de réduction pétrolière en raison de la situation instable dans laquelle ils se trouvent. Mais, ils ont pris de cours leurs alliés en augmentant, ces derniers mois, leurs productions  de façon rapide, menaçant de réduire à néant les efforts de l’OPEP et de ses alliés de rééquilibrer le marché en réduisant leur production.

Au cours de ces derniers mois, le Nigeria et la Libye ont mis sur le marché 700.000 barils supplémentaires par jour, avait indiqué l’agence internationale de l’énergie.

Les pays signataires de l’accord pétrolier se sont dits favorables à la prolongation dudit accord au-delà de mars 2018. L’accord mis en application, une première fois, entre janvier et juin 2017 avait été prolongé de neuf mois. Il prévoit une réduction de la production de 1,8 millions de barils par jour.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *