L’Afrique subsaharienne a besoin d’un ajustement budgétaire et d’une diversification économique

L’Afrique subsaharienne a besoin d’un ajustement budgétaire et d’une diversification économique

Le Fonds monétaire internationale (FMI), a analysé les perspectives régionales en Afrique subsaharienne suggérant dans un rapport rendu public le 30 octobre, que les économies des pays de cette région ont besoin d’un ajustement budgétaire et d’une diversification économique.

Le rapport présenté à Dakar, décortique la situation économique dans la région qui est marquée par une certaine hétérogénéité. Selon ce rapport, la croissance économique a légèrement repris pour s’établir à 2,6% en 2017 dans la région, au moment où certains pays de l’Afrique de l’Ouest sont actuellement à des taux de croissance de plus de 6% pour la 5ème année consécutive.

Si certains pays de la région ont atteint un niveau de croissance supérieure à la moyenne dans la région, la dette publique quant à elle  a augmenté en Afrique subsaharienne, ajoute le FMI. C’est le cas dans les pays qui connaissent une chute des prix des produits de base, et ceux qui enregistrent une croissance rapide.

La dette étant maintenant supérieure à 50 % du PIB dans la moitié des pays de la région, le coût du service de la dette a augmenté, prévient le Fonds.

L’exposition croissante à la dette souveraine et l’accumulation d’arriérés intérieurs ont amplifié les tensions dans le secteur financier. Par ailleurs, si les déficits des transactions extérieures courantes ont diminué, les réserves de change sont inférieures à leurs niveaux souhaitables dans bon nombre de pays de la région, ajoute le rapport.

Dans ses recommandations, le FMI propose des solutions pour résoudre les problèmes relatifs à une bonne maitrise de la dette publique. Il s’agit entre autres, de la préservation de la stabilité macro-économique pour garder le niveau de la dette publique à un niveau soutenable au lieu de frôler des niveaux dangereux.

Il suggère aussi aux Etats concernés de travailler sur la mobilisation des ressources financières par l’élargissement de l’assiette fiscale, la rationalisation des dépenses qui passent nécessairement par un assainissement budgétaire. Enfin, le FMI estime qu’il est important pour les gouvernements de réfléchir à la diversification de leurs exportations qui trainent par rapport à d’autres régions.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.