Le Maroc sur la voie de la couverture sanitaire universelle

Le Maroc sur la voie de la couverture sanitaire universelle

Plus de 11,7 millions Marocains, en situation difficile, bénéficient désormais du régime d’assistance médicale, 90% parmi eux sont des pauvres et 10% des personnes vulnérables.
S’agissant de la répartition de la population par zone d’habitation, on découvre que 49% résident en milieu rural et 51% en milieu urbain, selon les chiffres révélés ce lundi par le ministre marocain de la Santé, Anass Doukali, lors d’une rencontre nationale organisée, à Rabat, sous le thème : «La couverture sanitaire universelle», dans le cadre de la Journée mondiale de la santé.
En dévoilant ces statistiques, M. Doukkali a indiqué que le Maroc s’est engagé dans une dynamique progressive d’extension de la protection de la santé parallèlement à l’amélioration de la gouvernance des établissements de soins et des organismes gestionnaires de l’assurance maladie.
Pour y arriver le Royaume a pris trois mesures importantes notamment la mise en place de la couverture médicale de base en 2005, de la restructuration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et celle de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS).
De ce fait le Maroc a amorcé le projet de couverture sanitaire universelle selon quatre systèmes compatibles avec la structure socio-économique du pays. Le premier système est l’assurance maladie obligatoire (AMO), le second, l’assurance maladie des étudiants, le troisième, le régime d’assistance médicale (Ramed) et enfin l’assurance maladie destinée aux différentes catégories socioprofessionnelles des actifs non salariés.
Toutefois et malgré le fait que le régime d’assurance maladie obligatoire soit sur la bonne voie et que le Ramed avance à un rythme soutenu pour atteindre son objectif, le régime de l’assurance maladie des travailleurs actifs non salariés reste l’opération la plus difficile et en même temps la plus décisive de la progression vers la couverture universelle.
Ainsi plusieurs défis restent à relever en vue d’atteindre un taux de couverture en assurance maladie estimé à 90% à l’horizon de 2021, a souligné Saïd Ahmidouch, directeur général de la CNSS.
Parmi ces défis, il a mentionné entre autres, l’élargissement de l’assurance maladie pour englober les catégories non couvertes et dont la population est estimée à cinq millions d’individus.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.