La Chine pourrait aider l’Afrique à tirer profit de la ZLECA

La Chine pourrait aider l’Afrique à tirer profit de la ZLECA

La Chine pourrait aider l’Afrique à tirer profit de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA),  qu’estime l’Organisation des Nations-Unies (ONU).

pour que l’Afrique obtienne des bénéfices optimums du régime de libre-échange, il faudra de nouveaux investissements dans les infrastructures, les capacités humaines et les industries, a indiqué Stephen Karingi, directeur de la Division économique du renforcement des capacités à la Commission Economique pour l’Afrique de l’ONU (CEA).

Intervenant à un atelier technique de l’Initiative présidentielle sur les infrastructures (PICI), Karingi a soutenu que la Chine possède toutes les ressources qui, si elles sont déployées en Afrique, pourraient contribuer à la pleine réalisation de la Zone de libre-échange continentale.

« Il existe de nombreuses opportunités où la Chine peut coopérer avec l’Afrique afin de permettre au continent de réaliser les bénéfices de frontières plus souples », a-t-il laissé entendre.

Les défenseurs de l’accord sur le libre-échange espèrent qu’il aidera l’Afrique à prospérer et à établir des économies durables capables de créer des emplois pour ses habitants.

Le responsable de la CEA a fait noter que les bénéfices potentiels de cet accord commercial sont immenses car il réduira ou éliminera les barrières aux importations de marchandises fabriquées et négociées en Afrique.

« Tout investisseur arrivant dans n’importe quel pays africain aura accès non seulement au marché domestique mais aussi à un marché d’environ 1,2 milliard de personnes », a-t-il rappelé.

Il a, par ailleurs, assuré que la délocalisation des industries attirées par la ZLECA entraînera également des transferts de technologies sur le continent.

Il est aussi revenu sur le Marché unique de transport aérien en Afrique (MUTAA), indiquant que la proposition consistant à avoir un seul marché de l’aviation pourrait également bénéficier des technologies chinoises.

Les technologies chinoises dans le secteur de l’aviation, a-t-il ajouté, pourraient permettre à l’Afrique de dépasser la dépendance vis-à-vis des entreprises occidentales qui dominent l’industrie.

Rappelons que le 21 mars dernier à Kigali au Rwanda, 44 dirigeants africains ont signé un accord sur la mise en place de la Zone de libre-échange continentale.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.