L’Initiative africaine 3S au cœur d’une réunion ministérielle à New York

L’Initiative africaine 3S au cœur d’une réunion ministérielle à New York

Le Maroc a organisé le 17 juillet à New York, une réunion ministérielle sur l’Initiative africaine 3S (Sustainability, Stability & Security) qui a connu la participation de plusieurs ministres africains de l’Environnement, ainsi que de hauts responsables européens et d’organisations internationales.

La réunion ministérielle a mis l’accent sur le grand potentiel offert par l’initiative 3S en tant qu’initiative intergouvernementale africaine visant à s’attaquer aux causes profondes de la migration et de l’instabilité amplifiées par la dégradation des terres et le changement climatique en Afrique.

Selon la secrétaire d’Etat marocaine chargée du développement durable, Nezha El Ouafi, l’initiative 3S pourrait devenir un instrument permettant d’accélérer la réalisation de nombreux Objectifs de développement durable (ODD) dans le continent noir.

Elle a explique qu’il s’agit d’un outil de mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations, qui est destiné à couvrir toutes les dimensions des migrations internationales à travers une approche globale et exhaustive, relevant au passage, que le texte du Pacte mondial est assez innovant, car il reconnait explicitement les causes environnementales de la migration et sollicite les pays à trouver des solutions.

Le ministre sénégalais de l’Environnement et du développement durable, Mame Thierno Dieng a relevé de son côté, le «lien indéniable» entre la dégradation de l’environnement et les problèmes de sécurité et d’immigration en Afrique, soulignant la pertinence de cette rencontre sur l’initiative 3S.

«La dégradation de l’environnement pousse les jeunes à risquer leur vie en tentant d’immigrer clandestinement», a déclaré le ministre sénégalais, précisant que «l’initiative 3S lancée à Marrakech revêt pour nous, une importance capitale pour promouvoir la sécurité et la stabilité».

«Nous pensons que l’initiative 3S offre une perspective nouvelle, une promesse d’inclusion sociale qui va de pair avec une gestion de l’environnement basée sur l’exploitation des grandes forces de l’Afrique, à savoir ses terres, ses traditions et ses habitants», a affirmé Monique Barbut, Secrétaire exécutive de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD).

Pour rappel, l’Initiative africaine 3S a été lancée à l’occasion du 1er Sommet d’Action africain, tenu le 16 novembre 2016 à Marrakech, en marge de la conférence mondiale du climat «COP22».

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *